Redoublement : une décision éducative efficace ?

Le ministre de l'Éducation nationale souhaite à nouveau autoriser le redoublement dès la rentrée. Mais est-il efficace et dans quelle mesure est-il autorisé ?

France 3

Si rien n'interdit le redoublement dans l'éducation nationale actuellement, il est néanmoins très encadré. "Un décret de 2014 rédigé par l'ancienne ministre de l'Éducation nationale préconisait le redoublement dans deux cas bien précis seulement : après une interruption de scolarité pour cause de maladie par exemple, ou si les parents s'opposent à l'orientation proposée par le conseil de classe en troisième et en seconde", explique Marine Brossard sur le plateau de France 3.

Un facteur de baisse de l'estime de soir

Aujourd'hui, le redoublement existe encore, mais il a fortement diminué. "Il était de 38% il y a dix ans. La France était alors championne des pays développés. En 2015, on était plus qu'à 22%, au sixième rang. Sur l'efficacité du redoublement, c'est difficilement mesurable. Pour certains, il est bénéfique, pour d'autres non. Les études permettent quand même de constater que le redoublement entraine généralement une baisse de l'estime de soi chez l'élève et peut donc générer de la démotivation qui serait même facteur de décrochage", conclut la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le nouveau ministre de l\'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, visite l\'école primaire Albert-Camus de Creil (Oise), le 23 mai 2017.
Le nouveau ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, visite l'école primaire Albert-Camus de Creil (Oise), le 23 mai 2017. (MAXPPP)