Marseille : Le casse-tête des CP à 12 élèves

Certains établissements, comme à Marseille (Bouches-du-Rhône), n'ont pas forcément les moyens techniques d'appliquer le projet du gouvernement des classes de CP à 12 élèves.

Cette vidéo n'est plus disponible

12 élèves par classe de CP en zone d'éducation prioritaire, c'était une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. Mais à Marseille (Bouches-du-Rhône), où près d'une école sur deux est classée zone d'éducation prioritaire, il faudra dédoubler 90 classes de CP dès la rentrée prochaine. Ce lundi 26 juin au matin, les parents d'élèves sont dubitatifs. "Ça serait bien, mais ce n'est pas réalisable", estime une mère de famille.

Un chantier qui fait grincer des dents

À Marseille, la mairie envisage d'installer des cloisons coulissantes pour séparer les classes en deux. La raison : pas assez de place pour accueillir 90 classes supplémentaires en septembre. Un casse-tête pour l'adjointe au maire en charge de l'Éducation. "C'est un chantier énorme qui m'empêche de dormir !(...) En tout, sur quatre ans, ce sont 400 classes, l'équivalent de 50 groupes scolaires à trouver. (...) Aucune ville de France ne pourra marcher à cette allure-là", explique Danièle Casanova. Chez les enseignants aussi, ce chantier mené au pas de course fait grincer des dents.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une salle de classe dans une école maternelle de Lingolsheim (Bas-Rhin).
Une salle de classe dans une école maternelle de Lingolsheim (Bas-Rhin). (MAXPPP)