Journées trop chargées dans les écoles : "Arrêter à 13h45, ce serait parfait !"

Selon l'OCDE, les écoliers français travailleraient 100 heures de plus que leurs voisins européens, sur un temps plus court. Des écoliers et des parents de Boulogne-Billancourt témoignent : ces journées à rallonge n'ont rien de bon.

Selon l\'OCDE, les écoliers français ont des journées trop longues et trop de vacances.
Selon l'OCDE, les écoliers français ont des journées trop longues et trop de vacances. (VICTOR VASSEUR / FRANCE-BLEU DRÔME-ARDÈCHE)

Mathilde et Diane, en CM2, sont catégoriques : leur journée d'école devrait s'arrêter "à 13h45, ce serait parfait ! On n'aurait plus de cours l'après-midi !" Écolières à Boulogne-Billancourt, près de Paris, elles ont renoué avec les longues journées depuis que la ville est repassée à la semaine des quatre jours.

Conséquence : des journées très denses pour les élèves. "Mes filles sont à l'école de 8h30 à 11h45, puis de 13h45 à 16h30. Et c'est sans compter les activités après", détaille une mère de famille.

Des journées plus longues sur un temps plus court

Des journées très chargées pointées du doigt par l'étude annuelle "Regards sur l'éducation" de l'OCDE, qui s'intéresse à l'organisation du temps scolaire dans tous ses pays membres. Les écoliers français travailleraient 100 heures de plus que leurs voisins européens, sur un temps plus court.

"C'est vrai que c'est beaucoup plus dense que l'année dernière, concède Amélie, la maman d'Albane, élève de CP. On va voir ce que ça donne en termes d'organisation pour les écoles. Il ne faudrait pas que ce soit au détriment des enfants. Le but est quand même que ce soit l'enfant qui progresse et pas simplement ajouter du confort aux enseignants."

La solution : réduire la durée des vacances ?

La semaine de quatre jours n'est que la cerise sur un gâteau déjà bien chargé : à cause de leurs quatre mois de congés annuels, les écoliers français sont ceux qui ont quasiment le moins de journées d'école par an. "C'est vrai qu'ils ont beaucoup de vacances, concède cette autre maman. Je pense qu'une semaine à la Toussaint serait suffisant. En février aussi."

Plus de journées de cours, mais moins longues : la solution est prônée par la FCPE depuis longtemps. L'association de parents d'élèves est d'ailleurs opposée au retour à la semaine de quatre jours. "Ces apprentissages ont besoin de temps", rappelle Raymond Artis, le président de la FCPE. "C'est véritablement la question du calendrier scolaire qui est posée et il est essentiel qu'on s'y penche."

Pour l'association de parents d'élèves il faut repenser les rythmes scolaires en école élémentaire, trop souvent considérée comme le parent pauvre de l'éducation nationale.