Classes de CP à 12 élèves : les retours des familles sont "très positifs" sur la "confiance" et le niveau des élèves

La Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (Peep) estime que le bilan des classes de CP dédoublées est bon, un an après la mise en place du dispositif.

Le Snuipp, principal syndicat d\'enseignants du primaire, parle d\'une réussite, dans une enquête rendue publique lundi 25 juin.
Le Snuipp, principal syndicat d'enseignants du primaire, parle d'une réussite, dans une enquête rendue publique lundi 25 juin. (PASCAL GEORGE / AFP)

Un an après le dédoublement de 2 500 classes de CP, quel bilan pour cette réforme phare du gouvernement à la rentrée 2017 ? Le Snuipp, principal syndicat d'enseignants du primaire, parle d'une réussite, dans une enquête rendue publique lundi 25 juin. Un avis partagé par la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (Peep). "On nous signale de grosses améliorations" du niveau des élèves, affirme Samuel Cywie, le porte-parole de la Peep.

franceinfo : Avez-vous remarqué des améliorations dans l'enseignement dans ces classes de CP à 12 ?

Samuel Cywie : A priori oui. Les échos qu'on a des familles, c'est que c'est une grande chance de pouvoir évoluer dans des petits groupes. On nous signale de grosses améliorations au niveau de la participation, de la confiance des élèves parfois les plus timides qui n'oseraient pas participer d'habitude et qui, là, se mettent plus en avant. Il y a des classes bien sûr beaucoup plus calmes. Et puis les professeurs ont la possibilité de s'adapter à chacun, de passer du temps avec chaque élève. Ce que l'on constate, en tout cas sur la lecture, ce sont de gros bénéfices sachant que c'est fondamental à cet âge-là. Tous ceux qui ont eu des difficultés à apprendre à lire y arrivent. Chaque professeur peut adapter sa méthode aux élèves. Donc nous, ce qu'on constate, c'est qu'ils arrivent mieux à lire.

Le syndicat enseignant Snuipp dresse un bilan positif de la mesure, mais regrette qu'il n'y ait pas assez de locaux. Partagez-vous ce constat ?

Ça, c'est la problématique. On a des écoles où on n'a pas pu mettre en place ce dédoublement de classe, et dans ce cas-là, ça s'est transformé en "deux maîtres dans une classe". Alors je dirais que c'est moins bien, mais c'est déjà pas mal puisqu'on peut organiser la classe différemment. Mais c'est clair qu'on se heurte à ce problème-là. À Paris par exemple, on a énormément d'écoles où on n'a pas la place de dédoubler. Mais de toute façon on a, a minima, deux maîtres dans les classes, donc c'est plutôt positif. Il y a aussi une conséquence cachée. Les coûts qui sont très forts se répercutent souvent sur les dotations dans d'autres écoles qui ne sont pas en réseau d'éducation prioritaire, voire dans des collèges où on aurait moins de moyens. Surtout que l'an prochain, non seulement on aura les CE1 en Rep+ mais aussi les CP en Rep, donc on va avoir beaucoup plus de classes qui seront mises en place et il y a aussi un effort de formation de fait sur les professeurs et cela coûte très cher.

Sommes-nous prêts à ce dédoublement des classes de CE1 en Rep+ ?

Cela va demander de gros efforts mais je pense que c'est quelque chose qui vaut le coup, le jeu en vaut la chandelle. Ce qui est intéressant aussi, c'est que, normalement, on aura des premiers résultats d'étude officiels en 2019. Donc là, on pourra faire un vrai point, autre que les ressentis. Mais les ressentis pour l'instant du côté des familles sont très très positifs.