Bruno Julliard (PS) : "Pourquoi ne pas supprimer l'exonération d'impôts sur les cours particuliers ?"

François Hollande a dévoilé son équipe de campagne pour les questions d'éducation. Vincent Peillon la chapeautera. Bruno Julliard, ancien président de l'UNEF, ancien soutien de Martine Aubry, sera en charge de l'enseignement scolaire. Entretien.

Bruno Julliard est le monsieur enseignement scolaire de la campagne de François Hollande
Bruno Julliard est le monsieur enseignement scolaire de la campagne de François Hollande (Fred Dufour AFP)

François Hollande a dévoilé son équipe de campagne pour les questions d'éducation. Vincent Peillon la chapeautera. Bruno Julliard, ancien président de l'UNEF, ancien soutien de Martine Aubry, sera en charge de l'enseignement scolaire. Entretien.

Comment allez vous travailler avec Vincent Peillon qui a soutenu François Hollande alors que vous souteniez Martine Aubry ?

Bruno Julliard : Rassurez-vous. Ce n'est pas une cohabitation que allons vivre, nous nous entendons bien. On n'est pas si nombreux à s'occuper des questions d'éducation au parti socialiste. Au moment où j'ai élaboré le volet éducatif du programme socialiste, j'ai beaucoup discuté avec Vincent Peillon. Nous allons continuer.

Serez-vous chargé de mettre en oeuvre la promesse de François Hollande d'embaucher 60 000 fonctionnaires dans le secteur éducatif ?

Cette question est transversale. Notamment sur son financement. Mais nous devrons réfléchir à la ventilation de ces 60 000 postes. Je vous le rappelle, il ne s'agit pas seulement de professeurs. Il va falloir trouver un équilibre. D'autant qu'actuellement, il y a un déficit de candidatures parmi les étudiants pour devenir enseignant. Il va falloir réflechir aux solutions pour rendre ce métier plus atrractif. Cela ne sert à rien de proposer 60 000 postes si personne ne souhaite les occuper.

Quelles vont être vos autres pistes de reflexion ?

Beaucoup de points méritent d'être encore précisés. Notamment sur la formation des enseignants qui est une de nos priorités. Il faut en définir le contenu et les modalités. C'est très technique mais essentiel.

Enfin il faudra proposer des économies. Pourquoi ne pas supprimer l'exonération d'impôts sur les cours particuliers ? C'est injuste socialement et cela pourrait rapporter 300 millions d'euros. Bref notre discours doit être crédible auprès des professionnels du secteur et des parents d'élèves.

Pour découvrir l'ensemble des sur le site du monde.fr.