Protocole sanitaire dans les écoles : la FCPE préfèrerait un "recrutement massif d'enseignants" pour "gérer au mieux la distanciation physique"

Rodrigo Arenas, co-président de la Fédération des conseils de parents d'élève (FCPE), estime sur franceinfo qu'il serait "beaucoup plus efficace de tester les enfants pour rassurer notamment les enseignants."

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une professeure en classe dans un lycée de Rennes (Ille-et-Vilaine), le 1er septembre 2020. (DAMIEN MEYER / AFP)

"Le vaccin ne permet pas d'être protégé à 100% contre le Covid-19. En revanche, le recrutement massif d'enseignants permettrait d'organiser les classes en petits effectifs et de gérer au mieux la distanciation physique." Voilà la contre-proposition au nouveau protocole sanitaire annoncé par Jean-Michel Blanquer émise ce dimanche sur franceinfo par le co-président de la Fédération des conseils de parents d'élève (FCPE).

>> Masque, vaccination, présentiel... Ce que l'on sait du protocole sanitaire qui va s'appliquer dans les établissements scolaires à la rentrée

Pas convaincu par l'efficacité d'une vaccination pour les 12-17 ans, Rodrigo Arenas souhaiterait que les enfants soient plus systématiquement testés. Il demande également un plan d'investissement de "milliards d'euros" pour acheter des masques, des purificateurs d'air et des capteurs de CO2.

franceinfo : comment accueillez-vous l'annonce du ministre de l'Éducation nationale qui confirme qu'il n'y aura pas de pass sanitaire obligatoire pour les élèves, les enseignants et les parents d'élèves ?

Rodrigo Arenas : On est plutôt satisfait de ce revirement de la parole du ministre qui disait le contraire il y a quelques jours. Il n'y a plus de distinction dans l'école de la République entre les enfants vaccinés et ceux qui ne le sont pas. Si le vaccin est nécessaire et efficace pour protéger la santé des enfants, alors il faut le faire. Mais jusqu'à preuve du contraire, il n'y a aucun enfant qui est en Covid long à l'hôpital. Nous pensons que, puisqu'il y a des centaines de millions de tests qui existent en milieu scolaire, ce serait beaucoup plus efficace de tester les enfants pour rassurer notamment les enseignants plutôt que d'organiser la classe à la maison parce qu'on sait que l'éducation à distance en France n'a pas fonctionné. Au contraire, elle a créé des retards éducatifs.

La campagne de vaccination annoncée par Jean-Michel Blanquer pour les élèves de plus de 12 ans dès la rentrée va-t-elle dans le bon sens ?

Nous trouvons plutôt curieux, voire assez inquiétant, cette doctrine qui sous-entendrait que quand on est vacciné, on a une sorte d'immunité contre le vaccin. Il faut dire à nos concitoyens, et surtout aux parents que nous représentons, que non, le vaccin ne permet pas d'être protégé à 100% contre le Covid-19. En revanche, le recrutement massif d'enseignants que nous demandons depuis plusieurs années à l'Education nationale permettrait d'organiser les classes en petits effectifs et de gérer au mieux la distanciation physique. Il faut également que les masques soient mis à disposition par la puissance publique, il faut un plan sur les sanitaires pour que les enfants se lavent les mains, ou encore une prise en charge par l'Etat des purificateurs d'air et des capteurs de CO2.

"On parle de milliards d'euros, donc on ne peut pas laisser cela à la libre volonté des élus locaux, surtout quand ils n'ont pas les moyens de le faire, en particulier dans les petites communes."

Rodrigo Arenas, co-président de la Fédération des conseils de parents d'élève (FCPE)

à franceinfo

Au collège et au lycée, seuls les élèves non vaccinés devront suivre les cours à la maison lorsqu'un cas de Covid-19 est détecté dans leur classe. Est-ce que cela vous semble adapté ?

On a vraiment du mal à comprendre pourquoi il y a cette différenciation entre les maternelles, primaires et collèges, lycées. On avait cru comprendre d'ailleurs que le Covid était plus virulent plus on était âgé. Encore une fois, qu'on soit maternelle, primaire, collège, lycée, c'est avant tout les gestes barrières qui permettront de lutter efficacement contre le Covid-19. Donc, oui, investissons massivement dans l'école pour éviter que l'épidémie se développe, et incitons les adultes, notamment ceux qui sont porteurs d'une comorbidité, à se vacciner. Il faut sortir de cette logique où on fait porter aux enfants la responsabilité d'adultes qui font des choix d'adulte et qui sont tout à fait respectables et légaux, mais les enfants n'ont pas à porter la charge des décisions des adultes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.