Protocole sanitaire à l’école : "Il y a beaucoup d'imprécisions qui ne sont pas de nature à rassurer la profession", dénonce le SNUipp-FSU

Guislaine David, co-secrétaire générale et porte-parole du SNUipp-FSU, dénonce sur franceinfo un "protocole plus allégé que lorsqu'on a quitté l'école" en juillet dernier.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des enfants en classe à Dijon (Bourgogne), le 26 avril 2021. (EMMA BUONCRISTIANI / MAXPPP)

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a détaillé le protocole sanitaire, de niveau 2, qui sera appliqué dans les établissements scolaires à la rentrée. Aucun pass sanitaire ne sera exigé pour aller en cours, en revanche, une campagne de vaccination sera mise en place dans les collèges et lycées pour les plus de 12 ans. Pour le SNUipp-FSU, syndicat majoritaire des professeurs des écoles, ce n'est "pas satisfaisant".

>> Masque, vaccination, présentiel... Ce que l'on sait du protocole sanitaire qui va s'appliquer dans les établissements scolaires à la rentrée

Sa co-secrétaire générale et porte-parole, Guislaine David, dénonce sur franceinfo dimanche 22 août un "protocole plus allégé que lorsqu'on a quitté l'école" en juillet. Elle pointe "beaucoup d'imprécisions, qui ne sont pas de nature à rassurer la profession" et regrette qu'il n'y ait pas de différenciation entre les départements selon leur taux d'incidence.

franceinfo : ce protocole sanitaire est-il satisfaisant, selon vous ?

Guislaine David : Non, il n'est pas satisfaisant. C'est d'ailleurs pour cette raison que nous avons signé la semaine dernière une tribune dans le journal Le Monde avec des médecins notamment parce que le protocole, actuellement, ne fait pas état de la circulation du variant Delta. Effectivement, nous ne sommes pas dans les mêmes conditions que lorsque nous avons quitté l'école au début mois de juillet. Depuis, le variant Delta circule beaucoup et la contamination est importante et le taux d'incidence auprès des moins de 10 ans est très important. Et on voit là qu'on a un protocole finalement plus allégé que lorsqu'on a quitté l'école au mois de juillet.

Auriez-vous préféré l'instauration d'un pass sanitaire à l'école ?

La question n'est pas celle du pass sanitaire ou de la vaccination, puisque les moins de 12 ans ne pourront pas être vaccinés. La question est de protéger à l'intérieur même des écoles pour éviter la circulation du virus. Là, on avait, lorsqu'on a quitté l'école en juillet, des conditions de non-brassage d'élèves, par exemple sur le temps de restauration le midi. C'est le moment où les enfants vont le plus se contaminer parce qu'effectivement, ils n'auront pas de masque. Cette mesure-là, elle n'existe pas dans le niveau 2 du protocole. On n'est pas obligé de faire des groupes pour faire se restaurer les élèves et on n'a pas de conditions pour la restauration scolaire, c'est vraiment problématique. Ensuite, on nous dit "maintien des mesures d'aération". Le ministre parle de renforcement des protocoles type capteur de CO². Mais en aucun cas, il n'explique comment les communes vont pouvoir équiper toutes les classes de capteurs de CO² pour mesurer la qualité de l'air et renforcer l'aération dans les classes. Donc il y a beaucoup d'imprécisions, qui ne sont pas de nature à rassurer la profession.

Certains enseignants se demandent comment vont se passer les sorties scolaires. Partagez-vous cette inquiétude ?

Oui, tout à fait. A chaque fois qu'on va se déplacer en groupe, c'est-à dire-quand on va se déplacer en car, qu'on va déplacer plusieurs classes, il va y avoir un brassage d'élèves. Comment on fait pour faire ces sorties scolaires ? Est-ce qu'on aura le droit de les faire ? Quand on va aller effectivement à la médiathèque, au musée, on va rencontrer d'autres populations que la population scolaire, parce qu'on n'est pas forcément sur des créneaux réservés aux écoles, donc comment on doit pouvoir s'y prendre ? Et puis après, il y a d'autres questions qui se posent. Le jour de la rentrée, les parents vont se déplacer à l'école pour pouvoir emmener leurs enfants. On a des mouvements de population à ce moment-là. Qu'est-ce qu'on doit faire ? Est-ce qu'aux abords des écoles on doit demander aux parents de porter le masque ? On est en extérieur. Le protocole niveau 2 dit "pas de masque en extérieur", notamment dans les cours de récréation. Est-ce que tout ça, c'est bien raisonnable alors qu'on a une circulation du virus dans certains départements qui est très élevé ? Je pense notamment au sud de la France, les Bouches-du-Rhône, pour ne citer que ce département où le taux d'incidence est très important. On voit bien que, de ce point de vue, il n'y a pas eu de différenciation entre les différents départements et les différents niveaux de protocole.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.