Réforme de l'accès à l'université : les Français restent plutôt opposés à la mobilisation des étudiants, selon un sondage

55% des Français ne trouvent pas justifié le mouvement des étudiants contre la réforme de l'accès à l'université, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et "Le Figaro", publié jeudi.

Des étudiants réunis en assemblée générale, le 16 avril 2018, devant l\'université Rennes 2.
Des étudiants réunis en assemblée générale, le 16 avril 2018, devant l'université Rennes 2. (MAXPPP)

Les Français restent plutôt opposés (55%) à la mobilisation des étudiants contre la réforme de l'accès à l'université (loi ORE), selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting* pour franceinfo et Le Figaro, publié jeudi 19 avril. En revanche, les jeunes de 18-24 ans, eux, la soutiennent très majoritairement avec 62% d'opinions favorables.

Une fracture générationnelle

La réforme en elle-même génère une importante fracture générationnelle dans la société française. Une courte majorité de Français (52%) se dit favorable à la sélection sur dossier à l’entrée des facultés, mais les jeunes, eux, sont 61% à y être opposés.

Les Français sont très partagés (50%-50%) sur le fait d’évacuer par la force les universités bloquées. Les deux tiers des plus de 65 ans y sont favorables alors que la même proportion chez les jeunes de 18-24 ans la rejette majoritairement. Du coup, la position actuelle du gouvernement apparaît assez équilibrée. Seulement 26% trouvent qu’elle est "trop ferme", 37% "pas assez ferme" et 37% "ni trop, ni pas assez ferme".

Les jeunes mobilisés sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont beaucoup utilisés pour évoquer cette réforme. Les étudiants utilisent cet espace pour s'exprimer, partager les arguments, mobiliser et s'organiser. Avec 238 200 messages sur les sept derniers jours, émis par plus de 37 000 auteurs, le mouvement suscite un réel intérêt.

Dans ces messages, le mouvement est plutôt soutenu avec une forte demande d’écoute et de soutien qui n’est pas satisfaite. En revanche, les étudiants s'accordent tous sur le besoin d’être écoutés. Ils veulent que leurs besoins soient mieux pris en compte.

*Ce sondage a été réalisé les 18 et 19 avril 2018, par internet, auprès d'un échantillon de 1 017 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, parmi lesquelles 80 sympathisants de la France Insoumise, 67 sympathisants du PS, 132 sympathisants La REM, 124 sympathisants de droite hors FN et 184 sympathisants du FN.