Vidéo "Restez sereins" : les conseils du chef du projet Parcoursup pour les lycéens

Publié
Article rédigé par
Radio France

De toute façon, "80% des lycéens vont faire les vœux dans les trois derniers jours du mois de mars", admet Jérôme Teillard, fataliste.

"Restez serein", conseille Jérôme Teillard, chef du projet Parcoursup au ministère de l’enseignement supérieur et invité de franceinfo jeudi 20 janvier alors que les élèves de terminale commencent à sélectionner leurs vœux d'études supérieures sur la plateforme. "On a le droit de ne pas savoir. On a tous été dans cette situation-là. Ce que l'on donne à travers Parcoursup, c'est la possibilité de voir l'ensemble de l'offre de formation, de pouvoir comparer."

>> Parcoursup et Covid-19 : "Toute notre orientation se joue à ça, on est un petit peu perdus", confient les lycéens

franceinfo : Quels sont conseils que vous donnez aux futurs bacheliers ?

Jérôme Teillard : Restez sereins. À partir d'aujourd'hui, nous ouvrons la possibilité de s'inscrire et de formuler des vœux. Les lycéens pourront le faire jusqu'au 29 mars, donc il y a deux mois. On a le temps. Il faut d'abord se familiariser avec la plateforme. On met en place à partir d'aujourd'hui des petites vidéos pour encadrer. Nous organisons des lives, des tchats, des webinaires de manière à rassurer, à informer et que chacun puisse trouver, à travers la plateforme, l'occasion de se projeter vers ses études supérieures. Ne restez jamais seul avec vos questions. Je crois que c'est ça le principal conseil, et profitez des opportunités pour échanger.

Ce n'est pas toujours facile de choisir parmi les 20 000 formations qui sont proposées. On peut déposer jusqu'à 10 vœux maximum. Est-ce qu'il faut forcément aller jusque-là ?

Non. On fait les vœux sur les formations qui vous motivent, qui vous intéressent. Il n'y a pas de priorités. Il n'y a pas d'obligation de hiérarchisation, donc il faut y aller en fonction de ses envies, en fonction de son projet. Je crois que c'est le principal travail du moment.

"On met à disposition des possibilités d'échanges, comme les journées portes ouvertes et les salons. Vous pouvez retrouver toutes les dates sur le site Parcoursup."

Jérôme Teillard, chef du projet Parcoursup

à franceinfo

On a le droit de ne pas savoir. On a tous été dans cette situation-là. Ce que l'on donne à travers Parcoursup, c'est la possibilité de voir l'ensemble de l'offre de formation, de pouvoir comparer. En faisant dix vœux au maximum, on a la possibilité de dégager un spectre de choix, et quand les formations examineront les dossiers, ils répondront. À ce moment-là, il sera temps de choisir.

Le principal reproche qui est fait depuis sa création, il y a cinq ans maintenant, c'est la longueur de la procédure. Est-ce que janvier, ce n'est pas un peu tôt pour se lancer là-dedans ?

Je crois qu'il faut aussi donner du temps et de la visibilité, le temps de réfléchir son projet. On ne demande pas aux lycéens de faire un choix définitif. Et je veux rassurer tout le monde, 80% des lycéens vont faire les vœux dans les trois derniers jours du mois de mars. Ce qu'on conseille, c'est d’éviter de formuler qu'un seul vœu, parce que c'est prendre beaucoup de risques. Essayez de faire les vœux qui vous intéressent.

"On a aussi tendance à caricaturer la plateforme, en disant que ce n'est qu'un algorithme, mais ça n'est pas ça. Il y a de l'humain dans ce parcours, c'est le travail des proviseurs, des professeurs principaux qui sont là pour accompagner le travail de l'ensemble des académies."

Jérôme Teillard

à franceinfo

Les parents sont là pour accompagner. Ils ont un rôle très important et nous invitons les parents à pouvoir eux-mêmes renseigner leurs coordonnées dans le dossier Parcoursup, parce qu'à chaque fois que nous aurons des interactions avec leur enfant, ils seront au courant. On travaille beaucoup avec les fédérations de parents d'élèves, précisément parce que c'est une aventure familiale. Nous sommes là pour accompagner les jeunes, pour qu'ils ne se sentent pas seuls, en leur proposant les outils qui leur permettront, quel que soit l'endroit où ils habitent en France, de formuler des vœux, de construire un projet et d'être aidés pour cela.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.