Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Ecoles : un business en or

Face aux ratés de Parcoursup, certaines "boîtes à fric" surfent sur l'angoisse des parents, prêts à débourser des milliers d'euros pour assurer la "réussite" leur enfant… Un reportage de "Complément d'enquête".

Voir la vidéo

Pour certains, réussir peut coûter cher. Quelque 4 500 étudiants n'ont toujours pas trouvé de formation dans l’enseignement supérieur via la nouvelle plateforme Parcoursup. Résultat, ces jeunes bacheliers paniquent et s'inscrivent dans des écoles privées. Certaines "boîtes à fric" surfent sur l'angoisse des parents, prêts à débourser des milliers d'euros pour assurer l’avenir de leur enfant. Mais la réussite promise n'est pas toujours au rendez-vous.
Mastère, bachelor... quel diplôme à la sortie ?

Aujourd'hui après le bac, un étudiant sur cinq fréquente une école privée. Soit +40% en dix ans. Face à la pression du diplôme, le privé promet du concret, des stages et, au final, des emplois. Voilà qui rassure les parents. Mais comment faire le tri entre les formations de qualité et les autres ? "Complément d'enquête" s'est rendu au salon Studyrama, à la Cité universitaire de Paris. C'est un peu le salon de la dernière chance pour les étudiants en quête de la formation idéale. Dans les allées, la concurrence entre les écoles fait rage, et le jargon aussi. Mastères, crédits ECTS, Bachelor européen... comment s'y retrouver ?

L'enseignement privé est un marché, qui pèserait entre 3 et 4 milliards d'euros... et cache parfois des pratiques douteuses, comme le Knowledge Sharing : le partage de connaissances, ou quand ce sont les étudiants qui donnent des cours (sans forcément être présents dans les locaux, par visioconférence !)

Une enquête de Pierre Chabert diffusé dans "Complément d'enquête" le 11 octobre 2018.

Ecoles : un business en or
Ecoles : un business en or (COMPLÉMENT D'ENQUÊTE / FRANCE 2)