Parcoursup : une association épaule les lycéens issus de territoires ruraux pour les aider à accéder aux formations les plus cotées

Alors que les inscriptions débutent le 17 janvier sur Parcoursup, une association aide les lycéens à lutter contre l'autocensure et à accéder aux filières les plus sélectives.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Parcoursup ouvre mercredi 20 décembre (SEBASTIEN MUYLAERT / MAXPPP)

Les inscriptions commencent mercredi 17 janvier sur la plateforme Parcoursup. Les élèves ont jusqu'au 14 mars pour formuler leurs vœux. Le site internet, lui, est ouvert depuis le 20 décembre pour permettre aux lycéens de se renseigner sur les formations qu'ils pourront suivre une fois le bac en poche. Un moment stressant forcément, mais une association qui s'appelle "Des territoires aux grandes écoles", épaule des centaines de lycéens issus des territoires ruraux chaque année. Le but : bannir l'autocensure et leur permettre d'accéder aux formations les plus cotées, quel que soit leur lieu d'habitation.

Léa, 18 ans, originaire d'un village de la Nièvre de 1 000 habitants, vient de passer sa première année à Sciences Po Paris sans encombre. Mention très bien au bac, avec félicitations du jury, intégrer Science Po a toujours été son objectif. L'association "Des territoires aux grandes écoles" l'a soutenue. Léa a bénéficié d'un mentorat : un accompagnement, pendant deux ans. Elle a formé un binôme avec une étudiante en prépa : "Pour rentrer à Science Po, il faut rédiger des écrits, répondre à des questions etc. Donc ça a été des relectures, des conseils de mon binôme. Mais je pense que, de moi-même, je ne me serais pas dit que c'était pour moi. Parce qu'on pense souvent que c'est destiné à des élèves qui sont déjà dans des grands lycées parisiens, ce qui n'était pas du tout mon cas. C'est plutôt de ce point de vue que l'association m'a vraiment aidée à outrepasser cette autocensure que je pouvais avoir."

"Un lien humain entre cette plateforme et le lycéen"

Et même si Léa, bien préparée, bien encadrée, a vite trouvé ses repères sur Parcoursup, l'association peut aussi venir en aide à ceux qui auraient plus de difficultés. Margot Lecoeur en est la présidente : "On va leur expliquer comment on remplit de manière efficace des onglets sur la plateforme, où aller chercher des informations. On est vraiment là pour faire un lien humain entre cette plateforme - à la fois très complète et à la fois très complexe - et le lycéen qui peut avoir un peu peur de s'y rendre. Il y a deux semaines, j'étais dans un forum et une lycéenne qui venait d'un territoire un peu éloigné est venue me voir en me disant 'Je voudrais faire de l'économie, de la science politique, j'aimerais bien candidate sur Parcoursup à la fac de la ville moyenne à côté de chez moi.' Et on lui a demandé si elle avait pensé à regarder les instituts d'études politiques, Science Po etc. Elle nous a regardés en disant 'Mais qu'est-ce que c'est que ça ?' Et là on s'est dit qu'on avait une utilité, qu'on pouvait élargir le champ des possibles de ces lycéens."

L'association "Des territoires aux grandes écoles", présente dans 58 départements, assure que 75 % des lycéens ayant intégré son système de mentorat accèdent finalement à des filières sélectives.

Soyez les premiers informés des résultats officiels du BAC

toutes les dates et actualités

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.