Parcoursup : des commissions se réunissent pour trouver des affectations aux candidats malheureux

Alors que la principale phase d'admission de Parcoursup se termine vendredi, des milliers de jeunes sont toujours "en attente". Des commissions spécialisées de la dernière chance se réunissent en ce moment dans chaque académie pour leur trouver des affectations.

La plateforme Parcoursup (illustration).
La plateforme Parcoursup (illustration). (MICHAEL ESDOURRUBAILH / MAXPPP)

Alors que la phase principale de la procédure s'achève vendredi 19 juillet, à minuit, près de 58 700 candidats, dont 32 700 bacheliers, attendent toujours leur affectation sur Parcoursup pour la rentrée prochaine. Ces candidats, sur 900 000 au total, n'ont donc reçu aucune proposition favorable de la plateforme d'accès à l'enseignement supérieur.

Pour eux, une phase "complémentaire" se poursuit jusqu'à mi-septembre. Les candidats peuvent aussi saisir les commissions de la dernière chance. Pour l'académie de Créteil, une cinquantaine de personnes sont réunies, qu'elles soient inspecteurs, universitaires ou proviseurs. Sabine Cornudet, de l'université Paris-Est, s'occupe des bacheliers de filières générales : "Ce qui coince le plus souvent, c’est le fait qu’ils ont un projet très précis. Là, par exemple, on vient d’examiner un dossier avec un candidat qui n’a demandé que des formations STAPS. On a la même chose avec des candidats qui ne demandaient que des formations en arts, mais évidemment ça coince"

Élargir les propositions

Alors comment peut-on trouver une affectation à un candidat quand tous ses vœux sont refusés ou en attente ? Pour cela, la commission a sous les yeux la liste des formations disposant encore de places vacantes. "À partir des vœux du candidat, on élargit les propositions", explique Elisabeth Boyer, inspectrice. "Soit sur des spécialités qu’il n’a pas demandé parce qu’il n’y a pas pensé, soit sur une zone géographique qu'il n'a pas sollicité. Par exemple, dans le domaine commercial, il existe plusieurs BTS ou DUT, et donc voir s’il a pensé à demander l’ensemble", affirme-t-elle. 

Élargir à d'autres établissements, c'est l'une des solutions. Les membres de la commission assurent tenter de rester proches des souhaits des bacheliers, même si parfois, ça passe par un peu de bricolage. "Quand on a des candidats qui envisageaient d'étudier la psychologie, on a des formations à l'heure actuelle qui sont proposées à distance par plusieurs universités", explique Sabine Cornudet de l'université Paris-Est.

Ça peut être aussi un moyen de revenir dans le circuit de l'université, pourquoi pas en commençant à distance, et avec peut-être une possibilité de réintégrer l'université avec une place concrète au deuxième semestreSabine Cornudetà franceinfo

Sur 1 700 candidats qui avaient saisi la commission de Créteil en milieu de semaine, l'instance avait réussi à faire une proposition à 800 jeunes. Parallèlement à ces commissions, Parcoursup a lancé cette semaine une campagne d'appels téléphoniques à destination des candidats toujours "en attente", pour faire le point sur leur dossier.

Reportage d'Alexis Morel
--'--
--'--