Parcoursup : dernière ligne droite pour choisir ses vœux d'orientation

Le dernier délai est à minuit jeudi soir sur la plateforme pour formuler ses vœux pour l'année prochaine. L'épidémie de Covid-19 risque de guider le choix des élèves pour leurs études supérieures.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Ilustration parcoursup. (SEBASTIEN MUYLAERT / MAXPPP)

Si vous êtes élèves de terminale ou parent, vous avez forcément coché la date dans le calendrier. Le jeudi 11 mars est le dernier jour pour formuler ses vœux sur Parcoursup, la plateforme d'accès à l'enseignement supérieur. Pour ceux et celles qui sont concernés, il faut avoir inscrit dans la plateforme, avant minuit, dix vœux maximum pour l'an prochain.

Mais pas de panique, tout ne sera pas plié le jeudi soir. Vous aurez ensuite jusqu'au 8 avril pour finaliser votre dossier, par exemple pour écrire les lettres de motivation, mais vous ne pourrez plus rajouter de voeux. Plus de 900 000 candidats sont concernés. Beaucoup de lycéens de terminale, mais aussi des étudiants en réorientation. En 2021, 18 000 formations sont proposées sur Parcoursup, cela ne cesse d’augmenter, et parmi les nouveaux arrivés il y a par exemple Sciences Po Paris.

Des familles davantage investis

Avec le contexte de crise sanitaire liée au coronavirus Covid-19, cette édition 2021 est particulière. Déjà, il était plus compliqué de se renseigner sur toutes les formations. Covid oblige, il n’y a pas de Salon de l'Etudiant, pas de portes ouvertes, même s’il y a eu des versions virtuelles. Les professeurs et les parents ont pris encore plus d'importance, plus de place que d’habitude. Les familles se sont davantage investies, comme le constate Solenn Ogier, conseillère d'orientation à Rennes et représentante Snes-FSU : "On a été submergés de demandes de rendez-vous, et les parents ont beaucoup accompagné. Parfois, les deux parents étaient présents lors des rendez-vous. On sentait ce besoin de comprendre les choses."

"Il y a aussi beaucoup de questionnement sur l’insertion professionnelle. Il faut des garanties vu le contexte sanitaire."

Solenn Ogier

à franceinfo

Ensuite, pour les familles qui en ont les moyens, il y a eu beaucoup plus de demandes aussi auprès d'organismes privés. Un poids lourds du soutien scolaire enregistre 50% d'inscriptions en plus cette année sur les séances d'aide à l’orientation.

L'université évitée par les élèves ?

Une question se pose. Les cours à distance mis en place à l'université en raison de l’épidémie de Covid-19 vont-ils avoir un impact sur les choix des lycéens ? Beaucoup de lycéens racontent avoir un ami ou un membre de la famille qui leur ont parlé de la galère du distanciel, et expliquent réfléchir. "Il y en a beaucoup qui ont préféré mettre des prépas parce que c’est dans des lycées et donc ça serait en présentiel, affirme Ahmed, en terminale à Paris et délégué de sa classe. Plutôt que d’aller dans une université où tout est incertain et où on est en distanciel. C’est pour ça qu'il y en a beaucoup qui préfèrent aller faire une prépa, même si c’est compliqué." 

La situation pourrait peut être bénéficier aux prépas mais aussi aux BTS qui n'ont pas subi le distanciel cette année. Mais d'autres élèves sont plus optimistes et ont toujours envie d'aller à la faculté, en se disant qu'il y a de bonnes chances quand même que les cours à distance s'arrêtent cet été.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.