"On est entre 99% et 100% de réussite" : le lycée Vauban près de Béthune fait partie des mieux classés selon l'indicateur de résultats du ministère

Le ministère de l'Éducation publie mercredi ses 26e "indicateurs de résultats des lycées" qui mesurent "la valeur ajoutée" des établissements, et pas seulement les résultats au bac. 

Le lycée Vauban d\'Aire-sur-la-Lys dans le Pas de Calais est mis à l\'honneur dans les IVAL 2018 - indicateurs sur la valeur ajoutée des lycées.
Le lycée Vauban d'Aire-sur-la-Lys dans le Pas de Calais est mis à l'honneur dans les IVAL 2018 - indicateurs sur la valeur ajoutée des lycées. (ALEXIS MOREL / FRANCE-INFO)

"C'est un des lycées qui a les meilleurs résultats", se félicite l'un des élèves du lycée Vauban d'Aire-sur-la-Lys près de Béthune dans le Pas-de-Calais. L'établissement fait partie des lycées qui tirent leur épingle du jeu dans le 26e indicateur de résultats des lycées (Ival), dévoilé mercredi 20 mars.

>>Votre lycée est-il performant ? Vérifiez ses résultats avec notre moteur de recherche

L'indicateur mesure "la valeur ajoutée" des établissements par rapport aux résultats obtenus et les résultats attendus, en prenant en compte l'origine sociale des élèves et leur niveau scolaire. Et ce ne sont pas forcément les prestigieux lycées de centre-ville qui se distinguent.

Un lycée rural dans une région en crise

À première vue, le lycée Vauban n'a rien d'impressionnant. Il dispose de quelques bâtiments au milieu d'une zone commerciale, et pourtant : "On est entre 99% et 100% de réussite", explique une élève. Pour la troisième année consécutive, cet établissement surperforme sur tous les indicateurs de l'Ival. Alors que le ministère n'attendait que 94% de réussite au bac dans ce lycée, 100% des élèves ont validé leur diplôme. Le lycée compte également 67% de mentions, contre 55% espérées. 

Le lycée Vauban a donc une très forte valeur ajoutée alors que ces lycéens ne viennent pas de milieux favorisés. Selon le proviseur Didier Rys, il n'y a pas de recette miracle mais un ingrédient majeur : l'investissement des enseignants. "Que ce soit en anglais, en allemand, en sciences physiques... j'ai des enseignants qui sont là depuis très longtemps, explique-t-il. Les enseignants qui se sont investis dans la mise en place de ce lycée, il y a maintenant une petite trentaine d'années, sont encore dans l'établissement. Il y a très peu de mobilité, ça permet de mettre en œuvre une vraie politique éducative".   

Impliquer les élèves dans des projets

Des enseignants qui restent seraient la clé pour une forte valeur ajoutée, mais selon Frédéric Liebert qui enseigne les maths depuis 20 ans à Vauban, il y a aussi les "grands projets". Par exemple, l'an prochain il organise avec ses élèves un voyage au Japon. Et depuis, il voit sa première S se métamorphoser. "L'idée c'est que tout adolescent un peu passif se transforme en un adolescent heureux de venir en classe", résume-t-il. Pour cela, il faut un but comme "ce fameux déplacement à Tokyo, mais ils ont un but chaque semaine parce qu'ils gèrent toutes les étapes de ce projet et j'ai l'impression qu'on a des élèves qui sont plus impliqués", poursuit-il.  

Ils baissent moins les bras, ils essayent un peu plus de tenir bon face aux difficultés. Ils participent et s'impliquent dans tous les apprentissagesFrédéric Liebertà franceinfo

 

Le lycée Vauban d\'Aire-sur-la-Lys dans le Pas de Calais est mis à l\'honneur dans les IVAL 2018. 
Le lycée Vauban d'Aire-sur-la-Lys dans le Pas de Calais est mis à l'honneur dans les IVAL 2018.  (ALEXIS MOREL / FRANCE-INFO)

En contrepartie de ces projets, il y a pas mal de pression de la part des profs. "Ils attendent beaucoup, ils sont exigeants et durs dans les notes, explique Emilie qui est en terminale. Ils nous poussent à travailler et les profs veulent de la rigueur". Le lycée Vauban est en train de se tailler une solide réputation localement, puisque les demandes d'inscription sont en hausse de 40% en cinq ans. Beaucoup d'élèves du privé cherchent à venir ici, ce qui donne raison à un slogan qui amuse le proviseur : "Si tu veux être dans le vent, tu vas à Vauban".