Policiers : un appel à bloquer les commissariats

Les fonctionnaires de police réclament le paiement de 27 millions d'heures supplémentaires effectuées ces dernières semaines lors des différents événements en France. 

France 2

Depuis un mois maintenant, les policiers sont en première ligne pour encadrer les manifestations des "gilets jaunes", des lycéens ou encore pour sécuriser les marchés de Noël. 27 millions d'heures supplémentaires cumulées, un manque de moyens, alors ils crient leur ras-le-bol. "Notre boulot c'est d'assurer la tranquillité publique. Mais là, au vu de nos conditions de travail et de vie, nous sommes pratiquement dans l'incapacité de le faire", assure Frédéric Lagache du syndicat Alliance Police nationale. Mercredi, ce syndicat appelle à bloquer les commissariats et à ne répondre qu'aux appels d'urgence. 

Les gendarmes aussi en difficulté

Situation difficile aussi du côté des gendarmes. Face au niveau d'alerte attentat, ils appellent à la responsabilité de chacun. "On demande aux élus si possible d'annuler leur feu d'artifice. On peut convenablement sécuriser les marchés de Noël, mais dès qu'on est sur des manifestations de plus grande ampleur, cela devient très compliqué", explique François Brémand, colonel de la gendarmerie dans l'Oise. Si l'État ne réagit pas très rapidement, d'autres actions pourraient avoir lieu dans les prochaines semaines. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers procèdent à des fouilles de sacs de manifestants lors de la mobilisation des \"gilets jaunes\", à Paris, le 8 décembre 2018. 
Des policiers procèdent à des fouilles de sacs de manifestants lors de la mobilisation des "gilets jaunes", à Paris, le 8 décembre 2018.  (NURPHOTO / AFP)