Lycéens : une journée décisive de mobilisation

Mardi 11 décembre, un appel à une très grande mobilisation a été lancé dans les lycées. Alors que 170 établissements sont perturbés, dont 60 bloqués, des tensions ont déjà éclaté dans certaines villes.

FRANCE 2

Des élèves de Montpellier (Hérault) à genoux mardi 11 décembre au matin en référence à l'arrestation de 150 lycéens à Mantes-la-Jolie (Yvelines) jeudi dernier. Ces élèves ont écouté Emmanuel Macron lundi soir ; le président n'a pas parlé de leur mouvement. À Marseille (Bouches-du-Rhône), 1 500 lycéens, encadrés par des enseignants des syndicats, ont manifesté mardi matin dans le calme. Eux aussi sont en colère contre le président de la République.

Parcoursup cristallise les tensions

Des poubelles qui brûlent : cette scène s'est répétée mardi devant une soixantaine de lycées, selon le ministère de l'Éducation nationale. À Nantes (Loire-Atlantique), un établissement est bloqué, les CRS interviennent. Quelques bombes lacrymogènes, mais pas d'affrontements. Ces lycéens continuent de protester contre Parcoursup, la réforme des études après le baccalauréat. À Paris, mardi midi, des lycéens et des étudiants se sont eux aussi rassemblés pour faire part de leur inquiétude et de leur colère. Selon le ministère de l'Éducation nationale, à la mi-journée, 170 établissements ont été perturbés, comme à Antibes (Alpes-Maritimes), soit 5% des lycées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des lycéens lors d\'une manifestation à Marseille le 11 décembre 2018.
Des lycéens lors d'une manifestation à Marseille le 11 décembre 2018. (GERARD JULIEN / AFP)