Lycéens : le mouvement se poursuit

Dans les lycées de l’Hexagone, la fièvre monte une semaine après le début des mobilisations. 400 établissements sont désormais perturbés.

Les scènes de violence se sont multipliées vendredi 7 décembre dans toute la France. La vidéo d’un homme cagoulé fonçant sur un policier a choqué, le représentant des forces de l’ordre étant sérieusement blessé lors de l’incident. Mais partout en France, ce sont des face à face tendus qui ont été observés. Comme à Montbéliard (Franche-Comté). En tout, ce sont 400 lycées qui ont été touchés, dont 84 bloqués sur 4 200 établissements.

Les professeurs en soutien

Les lycéens ont été rejoints dans leurs revendications par les enseignants, comme à Lyon (Rhône). "On se rend compte que les réformes portées Parcoursup risquent de creuser un risque des inégalités", peste un professeur. À Dijon (Côte d’Or) ou Paris, plusieurs lycées se sont mis à genoux en soutien aux 151 interpellés du côté de Mantes-la-Jolie (Yvelines) jeudi 6 décembre. D’autres manifestations ont eu lieu dans le calme. Les lycéens promettent de nouvelles journées de mobilisation dès lundi prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Réunis place de la République à Paris, le 7 décembre 2018, des lycéens reproduisent l\'arrestation de 151 adolescents survenue la veille à Mantes-la-Jolie (Yvelines).
Réunis place de la République à Paris, le 7 décembre 2018, des lycéens reproduisent l'arrestation de 151 adolescents survenue la veille à Mantes-la-Jolie (Yvelines). (PHILIPPE LOPEZ / AFP)