Lycées: au moins 300 établissements perturbés

Plusieurs centaines de jeunes ont été interpellés partout en France jeudi 6 décembre suite aux mobilisations. 

Voir la vidéo
FRANCE 3

Dans les Yvelines à Mantes-la-Jolie, des dizaines de lycéens ont les mains entravées ou sur la tête. Ils sont retenus jeudi 6 décembre au matin par des policiers dans le jardin d'un pavillon en attendant leur interpellation. 148 personnes ont été arrêtées après des incidents où deux voitures ont été incendiées. Au Raincy en Seine-Saint-Denis, le calme est revenu en fin de journée au lycée Albert Schweitzer, après une journée de violences. Sur des images diffusées sur les réseaux sociaux, on peut voir le saccage systématique de la cafétéria sans que l'on sache pour l'instant s'il s'agit de lycéens ou d'éléments extérieurs. Trois personnes ont été interpellées pour "dégradation de biens publics". 

Plusieurs blessés 

Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, lance un appel au calme. "Nous devons à tout prix éviter cet engrenage de la violence. Il faut que tout le monde reste calme", a-t-il déclaré. Tout au long de la journée, les lycéens sont descendus dans la rue au Mans (Sarthe), à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), à Nice (Alpes-Maritimes) ou encore à Marseille (Bouches-du-Rhône). Plus de 300 lycées sont perturbés ou bloqués en France dont 90 en région parisienne. Au quatrième jour de leur mouvement, les lycéens continuent à se mobiliser contre la réforme du baccalauréat et contre Parcoursup. Départs de feu, voitures incendiées, tirs de grenades lacrymogènes, les manifestations ont donné lieu à des affrontements parfois violents avec les forces de l'ordre. Au moins quatre lycéens ont été sérieusement blessés depuis lundi 3 décembre. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des lycéens dressent des barricades devant un lycée à Toulouse (Haute-Garonne), le 4 décembre 2018.
Des lycéens dressent des barricades devant un lycée à Toulouse (Haute-Garonne), le 4 décembre 2018. (ALAIN PITTON / AFP)