Les professions de santé très demandées dans Parcoursup avec la crise sanitaire : "Je vais faire un travail qui va aider"

Alors que les premiers résultats de Parcoursup commencent à tomber jeudi pour les lycéens en terminale, la crise sanitaire du Covid-19 semble avoir suscité des vocations et les filières de la santé ont cette année la cote auprès des lycéens.

Article rédigé par
Mathilde Romagnan - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La façade de l'université de médecine et de pharmacie de Paris. (LOIC VENANCE / AFP)

Depuis plus d’un an, infirmiers, médecins, aides-soignants sont en première ligne face à l’épidémie de Covid-19. Une séquence qui a suscité une vocation chez Noumou, 17 ans, en terminale au lycée Camille Sée à Paris. "C'est vrai que ça fait peur, explique-t-elle. C'est très effrayant de savoir que tu vas t'occuper de patients qui ont potentiellement le Covid-19. Je me dis que je vais faire un travail qui va aider une cause, faire quelque chose qui va être utile pour les personnes."

Les élèves de Terminale sont en effet fixés jeudi 27 mai sur leurs vœux d’orientation sur Parcoursup et les filières santé ont la cote, malgré le contexte sanitaire : la formation en soins infirmiers est la plus demandée. Pour le "Pass" (Parcours d’accès spécifique santé), la première année de médecine, la demande est en hausse.

Un engouement paradoxal

Et si pendant le premier confinement, les soignants ont été applaudis tous les soirs, l’épidémie a mis en lumière leurs conditions de travail parfois difficiles. "Cet engouement m'a beaucoup surprise", confie Isabelle Bouyssou, directrice de l’Institut de formation des soins infirmiers du groupe hospitalier Paris St-Joseph.

"Il y a un paradoxe parce que les jeunes sont motivés par la crise. Les soignants, eux, sont épuisés par la crise et quittent la profession." 

Isabelle Bouyssou

à franceinfo

"C'est très paradoxal parce que c'est aussi très médiatisé et, semble-t-il, cela n'empêche pas les jeunes de choisir cette formation", conclut Isabelle Bouyssou. L’engouement se mesure aussi dans l’acceptation des dossiers : l’an dernier, seulement 12% des demandes pour l’IFSI Paris St-Joseph ont été pourvues.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Parcoursup

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.