Fin des inscriptions sur Parcoursup : l’an dernier "plus de 94% des lycéens ont eu au moins une proposition d'admission", rassure le chef de projet en charge de la plateforme 

Jérôme Teillard, invité mardi de franceinfo, appelle les candidats à "[faire] les vœux qui [les] intéressent", à quelques heures de la fin des inscriptions sur la plateforme qui permet d'accéder aux formations de l'enseignement supérieur.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Une personne consulte le site de Parcoursup, à Poitiers (Vienne), le 25 janvier 2022. (MATHIEU HERDUIN / MAXPPP)

"Vous n’avez pas à vous autocensurer", a assuré mardi 29 mars sur franceinfo Jérôme Teillard, chef de projet en charge de Parcoursup au ministère de l'Enseignement supérieur. Les élèves de terminale et les étudiants de première année qui souhaitent se réorienter ont jusqu’à mardi minuit pour formuler leurs vœux sur la plateforme en ligne d’orientation post-bac Parcoursup. Près de 20 000 formations reconnues par l'État y sont proposées. Il rappelle que "plus de 94% des lycéens avaient eu au moins une proposition d'admission", en 2021.

franceinfo : Comprenez-vous que ce soit un moment stressant pour les lycéens ou les jeunes qui se réorientent, avec la crainte d'être sur liste d’attente ou n’être pris nulle part ?

Jérôme Teillard : Bien sûr, je le comprends. Il y a un choix à faire et, à partir de là, il y a forcément un stress. Mais je veux rassurer les lycéens. Premier élément, on ne leur demande pas de classer les vœux, on ne leur demande pas de hiérarchiser. Je crois que c’est important parce que ça veut dire que vous n'avez pas à vous autocensurer. Faites les vœux qui vous intéressent. Le deuxième élément que donne la procédure de 2021, c'est que plus de 94% des lycéens avaient eu au moins une proposition d'admission. Ce sont des éléments qui sont de nature à rassurer chacun des lycéens et leurs parents. Par ailleurs, on n’est pas tout seul sur Parcoursup. Vous avez tous les moyens de poser des questions : un numéro vert, les réseaux sociaux, la messagerie contact directement dans votre dossier... Parcoursup est une plateforme avec un ensemble d'hommes et de femmes qui contribuent à accompagner ces lycéens. Je veux aussi rendre hommage au travail qui est fait dans les lycées : les professeurs principaux, les psychologues de l'Éducation nationale, les proviseurs... Ce sont eux qui sont à côté des lycéens et qui les aident à passer cette étape.

En 2020, à cause du Covid-19, le baccalauréat avait eu lieu en contrôle continu. Il y avait donc eu plus de postulants. Est-on revenu au même niveau d'inscription qu'avant en 2022 ?

Il est encore trop tôt pour le dire. On peut observer qu'il y avait une stabilité de la démographie des lycéens en classe de terminale. On verra ce qu'il en est. Je crois qu'il faut toujours aussi avoir en tête que la plateforme attire nécessairement beaucoup de candidats parce qu'elle offre plus de 19 500 formations, avec une très grande diversité. On y trouve aussi toutes les formations en apprentissage. Je crois que ça répond à une vraie attente des lycéens qui veulent diversifier leurs choix et avec Parcoursup, on leur donne les moyens de faire ces choix diversifiés.

La psychologie et le droit sont, par exemple, des filières en tension. Y en a-t-il d'autres cette année ?

Il est trop tôt pour le dire car les candidats n'ont pas encore terminé leurs vœux. Cependant, on sait qu'il y a une très grande stabilité. Les licences occupent près de 30% des vœux, un tiers des lycéens sont intéressés. Il y a aussi des formations très ciblées comme la formation en soins infirmiers. C’est la formation la plus demandée sur Parcoursup. Je ne peux pas dresser un classement aujourd'hui puisque les vœux ne sont pas formulés, mais on peut évidemment se douter que des formations très actives aujourd'hui le resteront sans doute demain.

Est-ce que cette année encore, certains - malheureusement souvent ceux dont les dossiers sont les moins bons - vont devoir attendre jusqu'au mois de septembre pour savoir où ils sont pris ?

Rappelons qu'à la fin de la procédure, l’an dernier, 239 lycéens n'avaient pas pu trouver de solution. Mais évidemment, l'essentiel des lycéens trouvent des solutions bien avant, à travers les vœux qu'ils ont formulés, la phase complémentaire ouverte dès le 23 juin et qui permet de faire de nouveaux vœux sur des formations qui ont des places vacantes... Par ailleurs, l'ensemble des rectorats se mobilisent dès le début du mois de juillet pour trouver des places. Chaque année, nous faisons des efforts pour accélérer la procédure et essayer de répondre au mieux et au plus vite à l'ensemble des lycéens qui font des offres. Je veux les rassurer. C'est normal d'avoir une angoisse sur ce dispositif parce qu’il faut faire des choix. On va quitter le lycée pour un autre environnement. Mais la plateforme et les équipes sont là pour vous accompagner, trouver toutes les informations et vous apporter de la sérénité au moment de vos choix.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Parcoursup

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.