Contexte sanitaire dû au Covid-19, nouveau bac... "C'est plus difficile de choisir" une orientation sur Parcoursup

Les lycéens peuvent faire leur choix d'enseignement supérieur sur la plateforme dédiée à partir de mercredi. Mais l'épidémie de Covid-19 et toutes ses conséquences entraînent de lourdes conséquences sur ces prises de décisions.

Article rédigé par
Édité par Noémie Bonnin - Alexis Morel
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La plateforme Parcoursup, d'accès à l'enseignement supérieur, a ouvert mercredi 20 janvier 2021. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Chercher sa voie en pleine crise sanitaire, "c'est terrifiant", confie Dinah, une élève de Terminale à Paris, très stressée. Pourtant, il faut commencer à faire des choix : la plateforme de Parcoursup ouvre mercredi 20 janvier, l'inscription des vœux d'enseignement supérieur peut se faire jusqu'au 11 mars. Mais l'épidémie de Covid-19, la crise sanitaire et économique qu'elle provoque, bouleverse cette année l'orientation des élèves.

Selon ces lycéens, il est bien plus compliqué de s'informer cette année. "Moi, je sais que je veux m'orienter vers l'audiovisuel par exemple, mais pour choisir une école de cinéma ou de photographie particulière, je ne saurais pas dire laquelle prendre, explique un élève. Je n'ai pas pu y accéder, je n'ai pas pu voir à quoi ça ressemblait, je n'ai pas pu rencontrer des gens là-bas."

"Pas de portes ouvertes, pas de salon, rien, ça c'est compliqué, parce que c'est plus difficile de choisir."

Un lycéen

à franceinfo

Son amie acquiesce : "On doit juste se fier à nous, ou sinon à des tests sur internet, mais bon moi ça m'a dit que je pouvais travailler dans le métal, alors que j'ai envie de faire du droit, donc je ne vois pas trop le rapport..."

Conséquence de ce manque d'information : de l'angoisse et du flou, plus que d'habitude, constate Philippe Watrelot, professeur principal dans un lycée de l'Essonne : "Alors qu'on arrive à l'ouverture de Parcoursup, un tiers de mes élèves ne savent toujours pas vraiment vers quoi ils vont s'orienter. C'est un peu plus que d'habitude." Mais l'enseignant pointe une autre cause également : "Le retard est lié à cette difficulté à s'informer, mais il est lié aussi à cette pression liée à ce nouveau bac, avec les épreuves au mois de mars. Donc il y a une course contre la montre, qui est aussi néfaste. C'est vraiment une urgence qui prend le pas sur Parcoursup."

Des projets d'orientation bouleversés

La réforme du bac, des salons de l'orientation et des portes ouvertes uniquement virtuels cette année, et plus globalement, un avenir qui fait peur, notamment à l'université. "Mon cousin est en première année de faculté, en distanciel depuis quasiment le début de l'année", pointe Quentin, un lycéen parisien, qui n'a pas très envie de vivre cette même situation.

"La fac dans ces conditions ça ne fait pas envie. On a peur que ça nous arrive."

Quentin, lycéen

à franceinfo

La situation actuelle influe donc déjà sur les projets d'orientation. "Moi, j'hésitais entre faire une fac et une prépa littéraire, raconte Mathias. Je vais opter pour une prépa, parce que vu que c'est dans des lycées, tout le monde a cours. À la fac, ça a l'air d'être un sacré bordel quand même. Donc la fac, non, pas tout de suite."

C'est d'ailleurs un enjeu pour les universités, mais aussi les grandes écoles, passées au tout distanciel cette année : rassurer les candidats sur la qualité de l'accueil l'an prochain.

L'épidémie de Covid-19 complique les choix d'orientation des lycéens : reportage d'Alexis Morel
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.