Cet article date de plus de deux ans.

Parcoursup : "Un peu plus de 3 000 bacheliers sans affectation" en fin de phase principale

La ministre n'a pas précisé le nombre total de jeunes sans affectation, qui comprend également les étudiants en réorientation. Au départ de la procédure, en juin, 800 000 élèves étaient inscrits sur Parcoursup.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le logo de la plateforme Parcoursup sur internet, le 19 avril 2018. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

C'est la fin la phase principale de la nouvelle procédure pour accéder à l'enseignement supérieur. Il reste "un peu plus de 3 000 bacheliers sans affectation" inscrits sur la plateforme Parcoursup, a indiqué la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal sur RMC et BFMTV, jeudi 6 septembre. Au départ de la procédure, en juin, 800 000 élèves étaient inscrits sur Parcoursup.

La ministre n'a pas précisé le nombre total de jeunes sans affectation, qui comprend également les étudiants en réorientation. Ce nombre s'élevait à 7 745 mercredi.

40 000 candidats inactifs

Parcoursup se poursuit jusqu'au 21 septembre, date de clôture de la phase complémentaire, qui recense toutes les places (127 000 actuellement) encore disponibles dans les études supérieures.

Les candidats dits "inactifs", eux, sont au nombre de 40 000. Il s'agit des jeunes qui se sont inscrits sur Parcoursup et ont émis des voeux en mars dernier, mais qui n'ont ensuite pas répondu aux sollicitations. Ce sont, en majorité, des bacheliers ou étudiants en réorientation qui ont renoncé aux études ou qui ont trouvé une formation hors Parcoursup.

Quelque 15% des places dans l'enseignement supérieur ne figurent en effet pas sur la plateforme, dont les Sciences Po, les instituts infirmiers, des écoles d'art etc. Toutes les formations reconnues par l'Etat auront l'obligation d'être sur Parcoursup à partir de 2020.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réforme de l'université

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.