DIRECT. La justice ordonne l'évacuation de l'université Paul-Valéry, à Montpellier

Mercredi 18 avril, quatre universités sur environ 70 sont toujours totalement bloquées et neuf autres sites, sur environ 400, sont perturbés par des étudiants opposés à la loi réformant l'accès à l'université.

L\'université de Montpellier (Hérault) le 12 avril 2018.
L'université de Montpellier (Hérault) le 12 avril 2018. (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

Les forces de l'ordre pourraient à nouveau évacuer une université. Le tribunal administratif a ordonné mercredi 18 avril l'évacuation de l'université Paul-Valéry, à Montpellier (Hérault). Le site est bloqué depuis mi-février par des étudiants hostiles à la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE), qui doivent désormais "libérer les lieux sans délai". La justice a, par ailleurs, confirmé que certains examens pourraient se dérouler à distance. 

La protestation s'étend à Sciences Po Paris. Le mouvement de protestation dans les universités s'est étendu mercredi 18 avril à Sciences Po Paris, qui a notamment compté Emmanuel Macron parmi ses étudiants. L'accès au bâtiment principal a été fermé dans la matinée "par mesure de sécurité" par la direction, en raison de l'occupation d'une partie de l'établissement. "Les cours qui y étaient prévus ont été reprogrammés ailleurs", a-t-elle précisé.

Le principal campus de Rouen fermé après des blocages. Le président de l'université de Rouen a décidé de fermer de jeudi 19 avril à samedi 21 avril inclus son principal campus, à la suite du blocage mercredi de plusieurs bâtiments. "Tous les cours prévus ces jours sont annulés et les examens reportés" sur le campus de Mont-Saint-Aignan, a annoncé la fac.

Des enseignants de l'université d'économie d'Avignon refusent d'examiner les  dossiers des futurs étudiants. Opposés à la nouvelle plateforme Parcoursup, ils ont démissionné mercredi 18 avril de la commission qui doit sélectionner les futurs étudiants. Plus de 1 200 dossiers ont été adressés pour seulement 200 places.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UNIVERSITE

16h06 : Bonjour @comprendrien. Comme nous l'expliquons dans cet article, plusieurs éléments expliquent l'absence de mobilisation des lycéens, qui sont pourtant les premiers concernés par la réforme de l'accès à l'université : le bac approche, certains n'évaluent pas encore les conséquences de la loi Vidal, d'autres approuvent la suppression du tirage au sort pour l'entrée dans certaines filières...

14h01 : Bonjour franceinfo, pouvez vous m’éclairer ? Pourquoi les lycéens qui sont concernés par la reforme d’entrée a la fac ne se mobilisent pas alors que les étudiants qui eux ne sont pas concernés par cette reforme se mobilisent ? Merci d'avance

13h32 : Le tribunal administratif de Montpellier (Hérault) ordonne l'évacuation de l'université Paul-Valéry et l'expulsion des étudiants qui bloquent le site, à la requête du président de la faculté Patrick Gilli. Le tribunal valide par ailleurs l'organsisation de certains examens sur internet.

13h30 : Le tribunal administratif de Montpellier ordonne l'évacuation de l'université Paul-Valéry, bloquée par des étudiants.

13h04 : Dans plusieurs villes, les étudiants bloquent leurs facultés pour protester contre la loi Vidal qui réforme l'accès à l'université. Mahaut Landaz vous propose un retour en vingt et une photos sur près d'un mois de mobilisation, entre lutte politique et organisation de la vie quotidienne.

(TRISTAN REYNAUD / SIPA)

12h47 : Invité sur France Inter, le président de l'université lance un "appel solennel" aux bloqueurs pour que se tiennent les examens finaux. Jean-François Balaudé a alerté sur "le grave préjudice potentiellement" porté aux étudiants "mais aussi à l'université".

11h55 : Après ceux de la faculté d'administration économique et sociale d'Avignon (Vaucluse), les enseignants de sciences politiques de Lille 2 refusent à leur tour de constituer une commission pour sélectionner les candidats dans le cadre de Parcoursup. Pour eux, analyser 2 345 lettres de motivation correctement est tout simplement mission impossible. France 3 Hauts-de-France vous en dit plus ici.

11h48 : Le président de l'université de Rouen a décidé de fermer jusqu'à samedi inclus son principal campus, à la suite du blocage hier de plusieurs bâtiments par des opposants à la réforme des modalités d'accès à la fac.

11h42 : Le principal campus de Rouen (Seine-Maritime) est fermé après des blocages, annonce l'université.

10h07 : "On ne laisse pas rentrer les étudiants dans le bâtiment par mesure de sécurité. Les cours qui y étaient prévus ont été reprogrammés ailleurs", confirme à la direction de la grande école, qui a formé nombre de dirigeants dont Emmanuel Macron.

10h06 : Le blocage de Sciences Po Paris a débuté hier soir, "une décision prise à l'issue d'une assemblée générale des étudiants mobilisés", selon un communiqué transmis cette nuit par l'AG. "Occuper Sciences Po est fortement symbolique : en tant que fac où a étudié Emmanuel Macron et de nombreux membres de sa majorité parlementaire", souligne le communiqué.

09h54 : L'accès principal à Sciences Po Paris est bloqué en raison d'une occupation.