Blocage de l'université de Nanterre : tous les examens et les cours de lundi reportés

La présidence de l'université de Nanterre a dit lundi "évaluer la situation" pour les prochains jours.

L\'université de Nanterre (Hauts-de-Seine) est bloquée le 16 avril 2018.
L'université de Nanterre (Hauts-de-Seine) est bloquée le 16 avril 2018. (RADIO FRANCE / ANTOINE JEUFFIN)

Il n'y a pas cours lundi 16 avril et les examens sont reportés à l'université de Nanterre (Hauts-de-Seine). Les bâtiments sont bloqués depuis l'aube par une centaine d'étudiants qui protestent contre la réforme de l'accès à l'université. Ils sont soutenus par des cheminots de Sud Rail. Les militants ont installé des barrières, des tables et des chaises devant les portes de l'établissement pour empêcher la tenue des partiels.

Après l'annonce du report des examens de droit de la matinée, l'université précise finalement sur son site internet reporter tous les examens et tous les cours prévus lundi. "Ce matin plusieurs bâtiments sont en cours de blocage. Les partiels et cours prévus aujourd'hui dans les bâtiments concernés n'auront pas lieu et seront reportés." La présidence n'a pas encore pris de décision pour les journées suivantes ni fixé de date pour les examens reportés. L'université dit "évaluer la situation".

"Récupération politique du mouvement"

La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, dénonce sur LCP une "tentative de perturber les examens" et pointe du doigt la présence de cheminots, venus en soutien aux étudiants. "Ce [lundi] matin à Nanterre, on avait des examens qui se tenaient et une tentative de perturber ces examens avec des cheminots de Sud Rail, condamne la ministre. Donc si maintenant les cheminots décident que les étudiants ne passent pas leurs examens, effectivement on peut se poser des questions sur une récupération politique de ce mouvement." 

Frédérique Vidal se dit en accord avec le président Emmanuel Macron qui assure que les bloqueurs des universités ne sont pas des étudiants. Elle parle de "petits groupes extrémistes".

Je ne peux pas croire que ce sont des étudiants qui caillassent le personnel des universités et qui détruisent leurs lieux d'études.La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidalà LCP

"Je ne peux pas croire que ce sont des étudiants qui empêchent d'autres étudiants de passer leurs examens, estime la ministre, parce qu'un étudiant sait le prix d'une année en termes de travail, en termes d'investissements pour ceux qui travaillent" à côté pour financer leurs études.

Des slogans inscrits dans l\'université de Nanterre (Hauts-de-Seine), le 16 avril 2018.
Des slogans inscrits dans l'université de Nanterre (Hauts-de-Seine), le 16 avril 2018. (RADIO FRANCE / BENJAMIN CHAUVIN)

Dans cette univesité de Nanterre, les examens de sciences politiques avaient déjà été reportés par les enseignants-chercheurs lors d'une assemblée générale en fin de semaine dernière.

"La fac n'est pas une boîte de nuit"

Les étudiants en colère ont déposé des barrières, des tables, des chaises et des chaînes devant les entrées des établissements dès 5 heures, ont constaté des journalistes de franceinfo et de France Inter. Les opposants à la réforme ont installé des banderoles devant les portes. Les slogans sont : "La fac n’est pas une boîte de nuit, non à la sélection", "blocage en chocolat", qui est un clin d’œil à l’expression "examens en chocolat" employée par Emmanuel Macron.

Lors de son interview sur RMC/BFMTV et Mediapart, Emmanuel Macron a estimé dimanche que "les bloqueurs sont minoritaires, ne font pas partie de l'universitaire et pour citer Audiard, ce sont des 'professionnels du désordre'"Pauline, une étudiante mobilisée, a répondu sur France Inter aux propos du président de la République. "Je ne suis pas du tout une professionnelle de la grève, dit-elle.

J’ai fait deux manifestations. Je ne suis vraiment pas une faiseuse de troubles, je n’ai aucune intention agressive, je veux juste que le président se rappelle qu’il a été élu par des personnes qui ont un avis et qui ont un droit de regard sur ce qu’il fait.Pauline, une étudiante à France Inter

L'étudiante a ensuite ajouté qu’Emmanuel Macron doit arrêter la "désinformation". "Nous on n’attend pas la police, on attend plutôt des décisions politiques, a-t-elle continué. On est contre la castagne. On n’est pas là pour cela, pas du tout."

Les étudiants ont prévu ensuite se rassembler à 10 heures devant le bâtiment B où se tient une réunion du conseil d'administration de l’université de Nanterre pour "exiger" la démission de son président, Jean-François Balaudé, qui a demandé l’intervention des CRS la semaine dernière pour déloger les étudiant.