Parcoursup : des enseignants refusent la sélection

À l'université de Lille (Nord), des enseignants en faculté de Sciences politiques refusent d'appliquer une sélection à l'entrée. Selon eux, il est matériellement impossible de réaliser cette sélection. 

FRANCE 3

À la faculté de Sciences politiques de Lille (Nord), les professeurs ont pour mission de retenir 600 candidatures sur les 2 345 dossiers envoyés via la plateforme Parcoursup. "Comment fait-on pour traiter 2 345 lettres de motivation si on veut vraiment prendre les lycéens et les étudiants au sérieux ?", lance Nathalie Ethuin, responsable de la filière. En faisant un rapide calcul, ils ont estimé que pour faire cette sélection, ils avaient trente secondes à chaque dossier. Ils ont donc refusé de constituer une commission pour étudier les candidatures et rejettent Parcoursup.

Un système "moins injuste"

Mais cette nouvelle méthode de sélection ne fait pas que des mécontents. Dans la filière Staps, qui forme notamment les futurs professeurs de sport, on voit plutôt l'outil d'un bon oeil. Cette année, un ordinateur réalise ainsi un premier tri à l'aide d'un algorithme. "Le système est perfectible, mais il nous semble moins injuste et plus responsable" que le tirage au sort imposé par l'ancien système APB, estime Guillaume Penel, doyen de la faculté des Sciences du sport et de l'Éducation physique. Les lycéens recevront leur première réponse le 22 mai prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les futurs bacheliers et bachelières ont jusqu\'au 31 mars 2018 pour boucler leur vœux d\'orientation post-bac, sur Parcoursup.
Les futurs bacheliers et bachelières ont jusqu'au 31 mars 2018 pour boucler leur vœux d'orientation post-bac, sur Parcoursup. (MAXPPP)