"On va faire comme on peut" : les parents redoutent le retour de l'école à la maison

Dès mardi, les établissements scolaires sont fermés pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Avant les vacances, l'enseignement va se dérouler à distance pendant quatre jours. Beaucoup de parents vont devoir jongler entre le télétravail et les cours des enfants. Reportage au Mans, dans la Sarthe.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Illustration école à la maison. (FRANCK DELHOMME / MAXPPP)

C’est le retour de l’école à la maison. Comme l'a annoncé le président Emmanuel Macron, dans son allocution du 31 mars, tous les établissements scolaires sont fermés pour trois à quatre semaines pour ralentir la circulation de l'épidémie de Covid-19. L’école à distance pour les 12 millions d'élèves doit durer quatre jours du mardi 6 au vendredi 9 avril, suivie de deux semaines de vacances avancées et regroupées pour les trois zones.

>> Covid-19 : organisation, équipement, formation... Les cours à distance ont-ils été mieux anticipés cette année ?

Le retour de la galère pour beaucoup de Français qui doivent gérer le télétravail et les cours des enfants comme pour cette famille au Mans dans la Sarthe. Il y aura quatre personnes à temps plein la maison : Loïc, le papa, informaticien en télétravail "et puis deux collégiens, Alori en 4e, Lilian en 6e, et Maé, qui est en CE1", indique le père de famille.

"Les parents ne savent pas tout"

Puisque Loïc peut télétravailler, Cécile, la maman, doit se rendre sur son lieu de travail. "Je suis à la maison, avec trois enfants et il faut que je travaille en même temps", explique-t-il. Le salon est donc aussi son bureau et la salle de classe de Maé en CE1 : "Elle a besoin d'être suivi. Il faut lui expliquer les consignes, lui dicter les mots ou vérifier les calculs, donc elle doit être à coté de moi." Mais Maé sait bien que ça ne sera pas comme à l’école. 

"Les parents, ils ne sont pas enseignants, ils ne savent pas tout alors que la maîtresse, elle est enseignante."

Maé, élève de CE1

à franceinfo

Pour passer du primaire au collège, il faut monter les escaliers. Lilian et Alori travaillent dans leurs chambres respectives. Avec un nouvel ordinateur acheté par les parents, un autre prêté par un ami. Même si Lilian, en 6e, s’est habitué au cours en ligne, ce n’est pas toujours facile. "Je vais souvent voir ailleurs, reconnaît le collégien. J'abandonne rapidement les devoirs quand ça m’énerve." Et il reste encore à discuter l’heure du début de l’école à la maison. "Le plus tard possible", lance Lilian alors que pour son père : "On va essayer de commencer à 9 heures de ne pas trop se décaler."

"Quand ils sont couchés, je suis content"

Les cours de mathématiques et de français ont surtout lieu le matin, là où ils sont le plus concentré. Loïc prévoit aussi une sortie sur le temps de midi : "Pour vraiment prendre l’air et décompresser." Mais les journées seront tout de même chargées. "Le risque pour moi, c'est que mes journées soient beaucoup plus longues, explique le père de famille. Quand ils ont fini, c'est là que je récupère du temps pour vraiment travailler sur des dossiers de fond et un peu plus. Quand ils sont couchés, je suis content. C'est peut être même moi, des fois, qui vais me coucher en premier pour récupérer."

La famille ne se met pas non plus une trop grosse pression, une bonne partie du programme a déjà été vu. "On va pas se prendre la tête. On va faire comme on peut et ça va bien se passer", lance Loïc. Mais, il se prépare à ce que cela dure encore plusieurs semaines, persuadé que les écoles et collèges ne rouvriront pas aux dates indiquées par le gouvernement.

L'école à la maison : reportage au Mans de Maureen Suignard
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.