"Nous n'avons rien d'un groupe politique" : des étudiants de Sciences Po se défendent d'avoir arboré le logo de Génération identitaire

Des supporters "ultras" de Sciences Po Paris au Crit', une compétition sportive entre étudiants, ont confectionné un bouclier identique au logo du groupuscule d'extrême droite. 

Des étudiants d\'un groupe de supporters de Sciences Po Paris lors de l\'édition 2019 du Crit\'. 
Des étudiants d'un groupe de supporters de Sciences Po Paris lors de l'édition 2019 du Crit'.  (CAPTURE D'ÉCRAN / TWITTER)

Un logo qui choque. Une photo de supporters – qui se définissent comme "ultras" – de Sciences Po Paris fait scandale. Elle a été prise lors du Crit', la compétition sportive qui voit s'affronter chaque année les 10 instituts d'études politiques et qui s'est tenue les 29, 30 et 31 mars. Sur le cliché qui a circulé sur les réseaux sociaux, on les voit cagoulés et portant un bouclier ressemblant au logo de Génération identitaire, la branche jeunesse des Identitaires qui tient régulièrement des actions anti-immigration. 

"Sur cette photo, comme on est cagoulés et qu'on ne voit que ce bouclier, ça peut induire en erreur", reconnaît un étudiant en master à Sciences Po qui se présente comme "l'un des chefs des Fils d'Arcueil", ce groupe de supporters.  "L'inspiration pour dessiner ce bouclier venait du film '300', un film d'action violent qui réinterprète la bataille des Thermopyles", explique-t-il. 

Une même inspiration 

Il se trouve que Génération identitaire s'est également inspiré du lambda spartiate. Or, en noir et jaune, les couleurs de Sciences Po Paris, le bouclier des étudiants est identique au logo du groupuscule d'extrême droite. "Il y a bien deux ou trois personnes qui ont tilté sur la ressemblance quand on a confectionné ce bouclier, mais on s'est dit qu'au milieu de tous nos autres boucliers aux sigles romains ou des templiers, personne ne nous associerait à Génération identitaire."

"Evidemment que nous ne sommes pas un mouvement identitaire, se défend l'étudiant contacté par franceinfo. Nous n'avons rien d'un groupe politique. Parmi nous, il y a des anarchistes comme des gens de droite. Mais d'ailleurs on fait des entretiens de recrutement, et on a déjà recalé des gens parce qu'ils étaient trop à droite pour nous", explique l'étudiant, qui détaille qu'"au-delà des Républicains, on ne prend pas". "Nous tenons à réaffirmer notre opposition ferme aux idées nauséabondes de ce groupuscule et déplorons la publicité malencontreuse qui leur est offerte par la situation", a affirmé le groupe dans un communiqué sur Facebook. 

"On a eu des mails de menace, des gens qui ont essayé de trouver nos noms et prénoms pour nous dénoncer à l'administration et nous faire exclure..., confie l'étudiant contacté par franceinfo. J'ai été terrifié de la vitesse à laquelle tout cela s'est embrasé sur les réseaux sociaux."