Cet article date de plus de neuf ans.

Lettre de Guy Môquet : les enseignants font de la Résistance

C’est aujourd'hui que la lettre du jeune résistant communiste fusillé le 22 octobre1941 doit être lue aux lycéens. Nicolas Sarkozy l’avait annoncé le jour de son investiture. Cette commémoration ne devrait pas être suivie partout et elle suscite un vif débat au sein du corps enseignant.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

Le caractère obligatoire de la commémoration avait largement agacé les enseignants. Mais dans un point presse de la semaine dernière, David Martinon a précisé qu’il n’y aurait pas de sanction contre les enseignants récalcitrants. Et ils sont nombreux. Début octobre, le Snes avait appelé à ne pas participer à cette journée mais aussi le Snetaa-EIL, majoritaire dans les lycées professionnels. La FCPE dit aussi craindre que cela ne se transforme en un « gadget ».

Les enseignants du lycée Carnot dans le 17ème arrondissement de Paris ont aussi décidé de ne pas participer à cette journée. Il s’agit du lycée de Guy Môquet et où le chef d’Etat avait au départ prévu de se rendre pour assister à la commémoration. Finalement, les enseignants ont préféré lui envoyer une lettre ainsi qu’aux parents d’élèves afin de leur signaler pourquoi ils s’opposaient à cette initiative.

Philippe Guittet, secrétaire général du SNPDEN-Unsa, majoritaire chez les proviseurs estime que les lycées s’organisent de façon assez variable. "L’essentiel est de ne pas en rester à l’aspect émotionnel de la lettre. S’en tenir à ce qui a été fait avant le premier match de rugby France-Argentine (où la lettre avait été lue aux Bleus), on voit ce que ça donne !", a-t-il ironisé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.