Le zéro pointé des Français, la bonne note des pays asiatiques... Ce qu'il faut savoir sur le niveau des élèves en sciences

L'enquête TIMSS publiée mardi établit un classement des niveaux des élèves en mathématiques et en sciences. Les jeunes Français sont à la traîne.

La tête du classement en maths est occupée par cinq pays d\'Asie de l\'Est: Singapour, Hong Kong, Corée du Sud, Taïwan, Japon.
La tête du classement en maths est occupée par cinq pays d'Asie de l'Est: Singapour, Hong Kong, Corée du Sud, Taïwan, Japon. (JULIAN STRATENSCHULTE / DPA)

Le niveau des jeunes Français en mathématiques et en sciences n'est pas bon du tout. C'est en tout cas ce que montre l'enquête TIMSS (en anglais) publiée mardi 29 novembre. En 2015, des centaines de milliers d'enfants de trois niveaux scolaires ont participé à cette étude internationale : la 4e année de scolarité obligatoire (le CM1 en France), la 8e année (la classe de 4e) et la fin de terminale scientifique. Les élèves français n'avaient pas participé à cette étude internationale depuis 1995. Franceinfo liste ce qu'il faut en retenir.

Les écoliers français tout en bas du classement

A 10 ans, les têtes blondes françaises affichent les pires résultats de l'Union européenne en mathématiques et ne dépassent qu'un seul pays, Chypre, en sciences. Les élèves de CM1 affichent un score de 488 points en mathématiques et 487 en sciences, en deçà de la moyenne internationale (500) et de la moyenne européenne (527 en maths, 525 en sciences).

Les élèves français "ne prouvent pas qu'ils possèdent des connaissances élémentaires", commente prudemment la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance de l'Education nationale dans un commentaire publié dans la foulée de cette étude.

Les professeurs des écoles disent pourtant consacrer 193 heures par an aux mathématiques, soit plus que le volume prescrit par les programmes de 2008 (180 heures) et plus que la moyenne des autres pays européens (158). Mais l'étude ne prend pas en compte les nouveaux programmes, entrés en vigueur à la rentrée 2016, rappelle la rue de Grenelle.

Les élèves asiatiques dominent les mathématiques

Les élèves de Singapour, de Hong Kong, de Corée du Sud, de Taïwan et du Japon continuent d'occuper les cinq premières places du classement en mathématiques. Pour le test en classe de quatrième, 48 points séparent ce peloton de tête de la sixième place occupée par la Russie. Et l'écart se creuse, c'est 17 points de plus qu'en 2011.

Bonne nouvelle, proprotionellement, il n'y a jamais eu autant de jeunes élèves obtenant de bons scores, selon l'étude. "Les tendances indiquent que le niveau d'éducation s'améliore à travers le monde", commente ainsi la directrice de l'étude Ina Mullis. 

Le fossé entre les filles et les garçons se réduit

Les tendances sur 20 ans montrent que l'écart des résultats en faveur des garçons dans les matières scientifiques et mathématiques est en train de se réduire, notamment en classe de quatrième. A ce niveau, en maths, les garçons et les filles de 26 pays (sur 39) obtiennent les mêmes résultats. Ils n'étaient que 12 en 1995.

En France, les scores des garçons de 10 ans en mathématiques sont très légèrement supérieurs à ceux des filles. Une différence bien plus faible qu'en Italie ou qu'en Espagne. 

Pour autant, il y a toujours davantage de garçons qui s'inscrivent dans les filières scientifiques.

Il faudrait commencer l'école plus tôt

Selon l'étude, débuter l'école plus tôt permet d'obtenir de bons résultats aux tests effectués en CM1. Les meilleurs scores ont été réalisés par des élèves ayant suivi des programmes pendant au moins trois années, et ceux dont les parents ont éveillé leur intérêt pour les chiffres et l'alphabet très tôt. En France, les élèves doivent commencer l'école en septembre de l'année de leur sixième anniversaire, précise l'étude. Soit deux ans plus tard que les meilleurs élèves de l'Union Européenne en mathématiques, l'Irlande du Nord.