Cet article date de plus de dix ans.

La suppression de la note de vie scolaire n'est pas pour demain

Syndicats d'enseignants et parents d'élèves continuent de demander la suppression de la note de vie scolaire, qui évalue le comportement des collégiens. Mais si le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, promet que la réflexion est entamée, il estime aussi qu'il n'y a pas urgence.
Article rédigé par Matthieu Mondoloni
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Denis Sollier Maxppp)

Créée en 2006 pour évaluer le comportement des collégiens, la note de vie scolaire a été officiellement supprimée par Vincent Peillon au mois de juillet 2013 dans sa loi d'orientation. Mais depuis, aucune circulaire d'application n'est venue officiellement confirmée la chose aux chefs d'établissements et aux enseignants, et dans les faits, la note de vie scolaire existe toujours.

Le ministre de l'Education nationale fait en effet traîner les choses et préfère renvoyer la balle au Conseil supérieur des programmes.

Ce Conseil supérieur doit prochainement se pencher sur les programmes, matière par matière, et sur les grilles d'évaluation.

Mais syndicats d'enseignants et parents d'élèves, qui ont toujours été opposés au maintien de cette note, s'impatientent et maintiennent la pression. Jeudi, à l'occasion d'une réunion du Conseil supérieur de l'éducation, ils vont une nouvelle fois demander purement et simplement sa suppression immédiate, à l'image de Christian Chevalier, du syndicat des enseignants UNSA, qui juge cette note inefficace.

Les enseignants contestent le flou qui entoure les critères de notation. Attribuée sur 20, elle compte notamment pour le brevet en classe de 3e. Elle est censée reposer sur quatre critères:

l'assiduitéle respect du règlement intérieurla participation de l'élève à la vie de l'établissementl'obtention de l'attestation scolaire de sécurité routière et de l'attestation de formation aux premiers secours Les enseignants expliquent ne pas toujours savoir comment évaluer les collégiens, comment traduire un comportement par une note sur 20. Les parents d'élèves, eux, estiment que ces critères sont beaucoup trop subjectifs et déplorent l'absence d'une grille précise de notation. En 2007, la FCPE avait d'ailleurs publié un "bêtisier" des notes de vie scolaire, dont les critères variaient d'une académie à l'autre.

Il y a pourtant peu de chances que les syndicats et les parents d'élèves obtiennent gain de cause jeudi. Car le temps que le Conseil supérieur des programmes se prononce, la note de vie scolaire devrait rester en place au moins encore une année.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.