Cet article date de plus de dix ans.

Hollande recadre son équipe

Le candidat socialiste à l’élection présidentielle a adressé une "sévère mise au point" à son staff de campagne, au lendemain des critiques de l’aile gauche du PS contre son projet de création de 60.000 postes dans l’éducation.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Nathanael Charbonnier Radio France)

François Hollande n’a pas apprécié le communiqué commun publié hier par Benoît Hamon, porte-parole du parti, Henri Emmanuelli et
Marie-Noëlle Lienemann. Ceux-ci s’indignaient que les créations de poste puissent s’effectuer par des redéploiements et non des créations nettes de postes.

"Il faut savoir si on veut gagner"

D’après un participant au conseil politique réuni aujourd’hui, "François Hollande a fait une sévère mise au point en disant qu'il fallait savoir si on voulait gagner".
Selon un autre participant, le candidat a développé : "On a tout pour gagner. Si on ne gagne pas, on ne le devra qu'à nous-mêmes, vous n'êtes pas obligés de vous commenter les uns et les autres et de m'obliger à corriger les uns et les autres".

Le fait que ce communiqué sur l’éducation ait été signé par le porte parole du PS a provoqué un malaise lors de la réunion. Benoît Hamon n’y était pas présent. Y participaient Pierre Moscovici, Manuel Valls, Martine Aubry, Bertrand Delanoë, Arnaud Montebourg, Laurent Fabius, Ségolène Royal, Jean-Marc Ayrault, François Rebsamen, Jérôme Cahuzac, Harlem Désir et Jean-Michel Baylet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.