Témoignage "Ça fait trois vies gâchées" : le désespoir et l’incompréhension de la mère de l’adolescent suspecté d’avoir tué une camarade à Argenteuil

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le lycée professionnel Cognacq-Jay à Argenteuil (Val-d'Oise) où était scolarisée Alisha. (MORGANE HEUCLIN-REFFAIT / RADIOFRANCE)

La mort d’une adolescente de 14 ans lundi soir à Argenteuil (Val-d’Oise) est-elle due à un différend amoureux qui a tourné au drame ? C’est ce que tentent de comprendre les enquêteurs.

Les enquêteurs tentent d’éclaircir les circonstances de la mort dramatique d'Alisha, une adolescente de 14 ans, battue puis jetée dans la Seine lundi 8 mars lors d'une bagarre avec deux camarades de sa classe. La garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Cergy-Pontoise des deux suspects, un adolescent et sa petite amie, tous deux âgés de 15 ans, a été prolongée mardi soir.

C'est la mère du suspect, Nathalie, qui s'est rendue au commissariat d'Argenteuil, lundi, pour raconter que son fils et sa petite amie venaient de frapper une jeune fille et que celle-ci était tombée dans l'eau. Savoir que son fils est impliqué dans la mort de l'adolescente la terrasse. "Les deux choses pour moi sont horribles. Le fait qu’il y ait une petite fille de 14 ans qui s'est fait tuer, je ne conçois pas, et le fait de savoir que c'est mon fils qui l'a fait, il n’y a pas de mots", livre-t-elle effondrée à notre journaliste. "Ce n’est pas lui, ce n'est lui. Il n’est pas comme ça", répète-t-elle éperdue.

"Savoir que c'est mon fils qui l'a fait, il n’y a pas de mots"

Nathalie n’arrive pas à comprendre. Elle décrit un ado "H24 dans sa chambre", scotché à son ordinateur, qui a été "viré de son collège justement pour absentéisme", qu’elle a lui a fait redoubler sa troisième pour qu’il ait plus de chances dans un établissement privé. " Tous les jours, il allait au lycée. Il était bien", s’était-elle enfin réjouie. Et puis… "Il a rencontré la gamine. Comme je disais, l'amour, ça rend aveugle. Mais là, ça rend con, carrément."

"Je suis horrifiée, stressée, humiliée aussi quelque part."

Nathalie, la mère d'un des suspects

à franceinfo

"Ça fait trois vies gâchées. Mon fils a perdu son enfance, du moins son adolescence. Si ça se trouve,  il va sortir de prison quand il aura 30 ans. Tout a été perdu. Le pire, c’est la petite de 14 ans", ajoute Nathalie, voûtée par l'angoisse. "Même s’il y avait des problèmes, vous n’arrivez pas à ça !", souffle-t-elle désespérée.

"Peut-être qu’on aurait pu l’aider"

Un différend amoureux est-il à l’origine du drame ? La mère d’ Alisha avait signalée que sa fille était harcelée, qu'elle avait été menacée de mort par le jeune couple. Des photos intimes avaient été diffusées sur les réseaux sociaux. "Mentalement c’est compliqué parce que peut-être qu’on aurait pu l’aider", témoignent deux des camarades de classe d’Alisha, Messaouda et Clara. "Peut-être qu'elle serait encore en vie", souffle une autre lycéenne. Le différend entre Alisha et les suspects était connu. "La fille, pas la victime mais l’autre, a fait tourner sur les réseaux sociaux que c’était 'une pute'. Bref. Voilà, je passe les détails. Et c’est parti en bagarre", raconte t-elle d’une voix blanche. "Ça a dégénéré. D’apprendre ça, c’est choquant. 14 ans ! Elle avait toute sa vie devant elle. C’est dur", ajoute-t-elle en larmes.

La douleur et l'incompréhension à Argenteuil : reportage de Sandrine Etoa-Andegue
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Harcèlement à l'école

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.