Suicide d'Evaëlle : trois collégiens mis en examen pour harcèlement

En septembre dernier, fait rarissime, la professeure de français de la fillette avait elle aussi été mise en examen pour harcèlement, avec interdiction d'exercer et obligation de soins.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La petite Evaëlle sur des photos diffusées le 12 décembre 2019, six mois après son suicide.  (AURELIA MOUSSLY / AFPTV)

Un an et demi après le suicide d'Evaëlle, une collégienne de 11 ans, trois adolescents de 13 ans ont été mis en examen pour harcèlement, a indiqué lundi 18 janvier le parquet de Pontoise à l'AFP, confirmant une information du Parisien. En septembre dernier, fait rarissime, la professeure de français de la fillette avait elle aussi été mise en examen pour harcèlement, avec interdiction d'exercer et obligation de soins.

Elève de sixième, Evaëlle s'était suicidée le 25 juin 2019 dans le pavillon familial à Herblay, en grande banlieue parisienne. Cinq mois plus tard, le parquet de Pontoise ouvrait une information judiciaire contre X pour homicide involontaire et, contre l'enseignante, une quinquagénaire expérimentée, et plusieurs élèves, pour harcèlement moral.

"Le message est clair"

Le cauchemar d'Evaëlle, décrite comme "précoce et extravertie" par ses parents, avait débuté dès la rentrée 2018. Pour une histoire de cartable trop lourd, un conflit s'était noué avec cette enseignante qui avait fait d'elle sa "tête de turc" et "encouragé" certains de ses camarades à la harceler, selon ses parents.

La mise en examen des trois élèves, âgés de 11 ans au moment des faits, est "exceptionnelle car ils étaient extrêmement jeunes, mais la juge a estimé à juste titre qu'il y avait suffisamment de charges contre eux", a réagi auprès de l'AFP l'avocate des parents de la fillette, Delphine Meillet.

"Le message est clair: cela signifie que se moquer violemment d'une enfant peut entraîner des conséquences très graves pour les moqueurs", a-t-elle ajouté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.