Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo "Le soir, la nuit, des messages d'insultes... Ils l'ont détruit" : une mère témoigne après le suicide de son fils harcelé au collège

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Harcèlement scolaire : le témoignage d'une mère meurtrie
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

L'adolescent de 16 ans s'est pendu en avril pour fuir la violence physique et psychologique qu'il endurait.

A l'occasion de la 3e Journée de la lutte contre le harcèlement à l'école, jeudi 9 novembre, France 3 a recueilli le témoignage de Sandrine Fallais, une mère de famille à la recherche de la vérité. Son fils de 16 ans, le troisième d'une fratrie de quatre enfants, s'est suicidé le 17 avril 2017. "Christopher était joyeux. Il avait des passions : le dessin, le judo, surtout le cheval. Il voulait toujours être premier", raconte-t-elle. Mais après l'acte tragique de Christopher, elle entrevoit une autre réalité.

Elle évoque "des moqueries, tous les jours". "Lors d'un exposé où Christopher a parlé du cheval, il a fait visionner une vidéo où il est champion départemental de saut à cheval", détaille-t-elle.

Les quatre harceleurs de Christopher lui ont dit : "De toute façon, tu es un sale pédé' parce que tu fais du cheval.

Sandrine Fallais

à France 3

Injurié sur les réseaux sociaux

La mère a remonté le fil des événements jusqu'aux réseaux sociaux. Dans l'ordinateur de Christopher, elle a découvert un flot d'injures. "J'ai eu envie de vomir, je n'arrivais plus à appuyer sur le bouton pour faire descendre les messages. Le soir, la nuit, des messages d'insultes : 'T'es une sous-merde'... Ils l'ont écrasé, ils l'ont détruit." Sandrine Fallais pense que Christopher n'a pas parlé de ses problèmes à l'école "par honte" et "par peur de la décevoir". Aujourd'hui, elle se dit en colère car, selon elle, "certains professeurs étaient au courant" mais "n'ont rien dit".

Christopher Fallais a laissé un dernier message avant de se pendre : "A tous ceux qui m'ont fait du mal, vous ne me ferez plus de mal."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.