États-Unis : un programme pour lutter contre le harcèlement scolaire

Le jeudi 5 novembre est la journée mondiale contre le harcèlement scolaire. Aux États-Unis, au moins un enfant se suicide chaque jour pour cette raison. Dans le Colorado, des cours anti-harcèlement sont proposés à l'école. 

France 2

En Amérique, le harcèlement scolaire est une tragédie qui rythme les journaux télévisés. Il y a quelques mois, un jeune garçon harcelé de 13 ans est mort sous les coups de poings de ses bourreaux, en pleine récréation. Le collège de Roncalli, dans le Colorado, a donc mis en place un système développé en Californie. Quand un cas de harcèlement est signalé, la direction de l'établissement n'intervient pas frontalement, sauf cas grave. 

Impliquer le harceleur 

Pour le harceleur, pas de retenue ni d'exclusion ; à la place, le collège va discrètement mettre en place un processus. Des réunions vont s'enchaîner autour d'un professeur. Un groupe d'élèves est choisi : ils doivent détailler les actions de vigilance ou de soutien qu'ils se sont engagés à faire. Parmi eux, le harceleur est là. Il ne sait pas que le professeur sait tout. L'idée est de l'impliquer dans la solution et le faire évoluer naturellement. "On intègre le harceleur parce qu'on veut déclencher un cercle vertueux, positif. On lui dit : 'tu es un leader, on t'a choisi pour ça, parce qu'on pense que toi, tu as du pouvoir, tu peux avoir un impact sur la situation'", explique Bennett Smith, professeur et membre du programme "No Bully". Selon lui, le harceleur "passe d'une phase où il est un peu mal à l'aise à une phase où il dit 'voilà ce que moi, j'ai fait pour arranger les choses'". 

Le JT
Les autres sujets du JT
Les victimes ne pensent pas toujours à le faire dans l\'immédiat, mais conserver des captures d\'écran des messages peut être un élément déterminant pour les victimes de harcèlement en ligne, selon l\'avocat Thierry Vallat.
Les victimes ne pensent pas toujours à le faire dans l'immédiat, mais conserver des captures d'écran des messages peut être un élément déterminant pour les victimes de harcèlement en ligne, selon l'avocat Thierry Vallat. (ERIK NYLANDER / AFP)