Grève dans l'Education nationale : 11% de grévistes selon le ministère, de 30 à 40% pour les syndicats

Les enseignants sont appelés à la grève pour défendre leurs salaires et pour alerter sur la situation sanitaire dans les établissements scolaires.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des enseignants en grève, le 10 novembre 2020 à Paris. (QUENTIN DE GROEVE / HANS LUCAS / AFP)

Ils sont appelés à la grève mardi 26 janvier. Les enseignants battent le pavé pour leurs salaires et pour alerter sur la situation sanitaire dans les établissements scolaires. Selon le ministère de l'Education nationale, le taux de grévistes s'élevait à 11% contre 30% à 40% d'après les syndicats. Dans le premier degré, ce taux s'établissait à 11,72% et dans le second degré, à 12,59%, selon un communiqué du ministère. Les syndicats faisaient, eux, état de taux de grévistes plus élevés. Il serait d'un tiers dans le premier degré, selon le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire.

"Aujourd'hui, la mobilisation est particulièrement importante en collège, grand oublié des annonces de Jean-Michel Blanquer depuis des mois, notamment sur le plan sanitaire", écrit le Snes-FSU. Dans le second degré, le Snes-FSU, premier syndicat, estime que 40% des professeurs, CPE, psychologues de l'Education nationale, assistants d'éducation (AED) et accompagnants d'élèves handicapés (AESH) sont en grève mardi.

A l'appel d'une intersyndicale composée notamment de la FSU, de la CGT et de FO, des défilés doivent se tenir à Paris et dans plusieurs autres villes. Dans la capitale, la manifestation part de Luxembourg à 13 heures pour se diriger vers la rue de Grenelle, siège du ministère de l'Education nationale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.