Geneviève Fioraso annonce la revalorisation des bourses étudiantes

Dans son rapport annuel, l’Unef s’inquiète de l’augmentation du coût de la vie étudiante. Conséquence, près de 30% des étudiants seraient contraints de travailler à plein temps. Le syndicat étudiant dénonce également le gel des bourses. Une information démentie par Geneviève Fioraso qui a annoncé, ce dimanche, leur revalorisation de 0,7% à la rentrée.

(Le ministre de l'Education, Benoît Hamon, et la secrétaire d'Etat de l'enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, sur le campus de l'université Paris 13, à Bobigny. © MaxPPP)

"Les dépenses des étudiants auraient bondi de 2% par rapport à l’année précédente" , s’inquiète l’Unef, premier syndicat étudiant dans son rapport annuel publié ce dimanche. Principale cause de l’augmentation du coût de la vie : les loyers. Selon le syndicat, les dépenses de logement représenteraient 55% du budget d’un étudiant autonome.  "Malheureusement, les loyers des petites surfaces qui concernent les étudiants continuent leur hausse" , regrette le président de l'organisation, William Martinet.

 

L’Unef dénonce également l’augmentation des dépenses obligatoires (frais d’inscription, tickets restaurants, sécurité sociale) qui "pèse dans le budget des étudiants". Face à l’augmentation du coût de la vie, "les familles des catégories populaires et des classes moyennes"  ont de plus en plus de mal à financer les études de leurs enfants. "Un mois d’étude pour un étudiant qui à son propre logement représente 799 euros", explique William Martinet. Une somme qui équivaut à 48% du salaire médian.

De nombreux étudiants sont donc contraints de trouver un emploi en parallèle de leurs études. "Entre 2006 et 2014, parmi les étudiants salariés, on est passé de 18 à 30% d’étudiants obligés de travailler à plein temps" , explique William Martinet.

Augmentation du coût de la vie étudiante. Les explications du président de l'Unef, William Martinet. Propos recueillis par Rosalie Lafarge.
--'--
--'--

"L’Unef le sait très bien, les étudiants bénéficient d’une augmentation de 0,7%"  

Pour l’Unef, le gouvernement est responsable de l'augmentation de la précarité des étudiants. "Il décide, dans le même temps, d’augmenter les dépenses obligatoires et de geler, dans le cadre de son plan d’économie, le montant des bourses à destination des étudiants", a expliqué  William Martinet.  Mais le gèle des bourses a immédiatement été démenti par la Secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche, Geneviève Fioraso, visiblement agacée par le comportement du syndicat.

 

La ministre qui attendait la publication de l’arrêté, a finalement décidé d’annoncer, ce dimanche, la revalorisation des bourses. "L’Unef le sait très bien, les étudiants bénéficient d’une augmentation de 0,7% de leur bourse,  soit 0,2% au dessus de l’inflation . Il y a en plus 77.500 étudiants qui accéderont pour la première fois à la bourse, c’est-à dire à 100/mois, soit 1.000 pendant dix mois."

Rapport annuel de l'Unef. Geneviève Fioraso annonce la revalorisation des bourses étudiantes
--'--
--'--