Éducation: la rhétorique d'élèves de Seine-Saint-Denis à l'honneur dans un livre

Mathilde Levesque, agrégée de lettres modernes, enseigne dans un lycée de Seine-Saint-Denis et transmet à ses élèves l'amour de la rhétorique.

FRANCEINFO

Cette année,Mathilde Levesque s'est rendu compte d'une chose: ses élèves de seconde adorent l'anteoccupation. C'est-à-dire, dans l'art de la rhétorique, qu'ils cèdent du terrain à l'autre en utilisant des termes comme "c'est vrai que", "je sais bien que"... "Mais". "Je leur dis que si vous voulez être en position de force il ne faut pas foncer dans le tas. Il faut commencer par amadouer", explique-t-elle. Mathilde Levesque publie un livre pour rendre hommage à ses élèves.

De vraies éponges linguistiques

"Ils ont du bagou, mais c'est encore autre chose que la rhétorique. Disons que la rhétorique ça s'apprend, le bagou c'est inné, c'est sa caractéristique même, on dit aussi la tchatche", sourit-elle. Pour Mathilde Levesque ses élèves sont de vraies éponges linguistiques à qui il suffit de dire d'écrire comme Molière pour qu'ils s'exécutent. Tous savent repérer les caractéristiques incontournables d'une langue et les reproduire. "Comme je le dis souvent, ça me prend énormément d'énergie, mais ça m'en donne le double", précise Mathilde Levesque.

Une classe d\'école primaire (photo d\'illustration)
Une classe d'école primaire (photo d'illustration) (MAXPPP)