Ecole : une mission confiée à Cédric Villani pour améliorer l'enseignement des maths

Le ministre de l'Education nationale demande au député de La République en marche et mathématicien de faire des recommandations d'ici janvier.

Le mathématicien Cédric Villani parle à un journaliste lors d\'une visite à Orsay (Essonne), pendant la campagne des législatives, le 12 mai 2017.
Le mathématicien Cédric Villani parle à un journaliste lors d'une visite à Orsay (Essonne), pendant la campagne des législatives, le 12 mai 2017. (THOMAS SAMSON / AFP)

Les mathématiques, ce n'est pas toujours automatique. Surtout pour les élèves français. Afin de redorer l'image de cette matière souvent jugée austère, le ministre de l'Education nationale a décidé de confier une mission à deux mathématiciens français : le député LREM Cédric Villani et l'inspecteur général Charles Torossian. L'annonce a été faite sur RTL, jeudi 19 octobre.

Jean-Michel Blanquer "leur demande de travailler sur ce que nous devons faire pour donner cet appétit des mathématiques à tous les enfants". Lui est persuadé que "tous les enfants ont un potentiel mathématique".  

Il faut que cette culture mathématique soit plus présente à l'école primaire, que nous ayons des outils pédagogiques, comme le boulier, les poids et mesures, parfois du matériel de type MontessoriJean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationaleà franceinfo

Un rapport à rendre en janvier

Cédric Villani et Charles Torossian "devront rendre leur copie fin janvier". Le ministre attend un "impact" de leurs recommandations "sur les formations" des enseignants "dès la rentrée prochaine". "On doit être une grande nation mathématique", a-t-il souhaité. 

Le ministre de l'Education nationale plaide pour "un enseignement structuré et progressif à la française". Et pourquoi pas susciter des vocations. Car, "bien entendu", la France manque de professeurs de mathématiques.

Selon un sondage CSA Research, réalisé pour Le Point avec RTL, 61% des Français ont bien aimé les mathématiques à l'école, mais 65% estiment que leur enseignement ne donne pas satisfaction.