École : les rédactions peuvent-elles retrouver la cote ?

Les élèves d'aujourd'hui rédigent trop peu, ou pas du tout, et écrivent comme ils parlent selon un rapport récent du Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco). 

FRANCE 2

Pour un enfant, écrire, c'est la clé de la réussite scolaire. Pourtant, selon un rapport du Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco), les élèves rédigent de moins en moins. En cause ? Moins de cours. Il y a cinquante ans, on faisait environ 5 heures de Français de plus que maintenant. Moins de Français, mais surtout moins de rédactions. Il en découle des difficultés multiples : lors des contrôles en classe, 20% des questions où il faut rédiger restent sans réponse, contre 3% lorsqu'il s'agit d'un QCM. En CM2, sur une même dictée, les élèves de 2015 font en moyenne 18 erreurs, contre 11 en 1987. 

Une méthode en deux étapes 

Comment remédier à ces lacunes ? Dans le collège Pierre de Dreux, en Ille-et-Vilaine, la professeure de Français a mis en place un projet innovant, une méthode en deux étapes. D'abord, une rédaction classique à partir du livre Vendredi ou la vie sauvage ; ces élèves de 5e doivent se mettre dans la peau du personnage, Robinson, et imaginer ce qu'il écrit à sa famille. Dans un deuxième temps, les élèves recopient leur brouillon sur l'ordinateur, grâce à un outil, la synthèse vocale. L'ordinateur va lire le texte. Erreurs de ponctuation, syntaxe, orthographe, ils se rendent alors compte que leur rédaction n'est pas toujours très claire. Pour Emmanuelle Toudic, leur professeur de Français, "C'est également un outil qui est source de motivation pour les élèves, parce que ça change de l'ordinaire". Selon elle, cette méthode permet aux élèves d'être davantage acteurs de leur révision de texte, et de gagner en autonomie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une école primaire à Montpellier, en 2017. Image d\'illustration.
Une école primaire à Montpellier, en 2017. Image d'illustration. (MAXPPP)