École à distance : cette semaine est "un fiasco" qui a "entraîné beaucoup de démotivation", d'après le syndicat SNPDEN

"Les collectivités et l'État ont quinze jours pour se mettre en ordre de bataille", prévient une proviseure, secrétaire générale adjointe du syndicat secrétaire générale adjointe du SNPDEN, le syndicat national des personnels de direction de l'Éducation nationale.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Message d'erreur diffusé lors de tentatives de connexion à la plateforme ENT Ile-de-France, le 6 avril 2021. (CAPTURE D'ÉCRAN)

La semaine de cours à distance "est un fiasco", a constaté vendredi 9 avril sur franceinfo Florence Delannoy, secrétaire générale adjointe du SNPDEN, le syndicat national des personnels de direction de l'Éducation nationale, proviseure du lycée international Montebello à Lille. Les multiples problèmes de connexion sur les plateformes ont "entraîné beaucoup de démotivation chez les enseignants et chez les élèves", regrette-t-elle. Florence Delannoy demande qu'on mette en place "des outils performants" et "correctement dimensionnés à la rentrée pour reprendre vraiment le travail" avec les collégiens et lycéens lors de la prochaine semaine de cours à distance.

franceinfo : Quel bilan tirez-vous de cette deuxième saison de l'école à distance ?

Florence Delannoy : On peut dire que c'est un fiasco très clairement, ça a été catastrophique d'un bout à l'autre, et c'est vrai que ça a entraîné beaucoup de démotivation, à la fois chez les enseignants, mais également chez les élèves. Bon, on nous a parlé de cyberattaque, je veux bien comprendre que ça puisse poser problème. On nous a aussi parlé de problèmes de tuyaux, de configuration des tuyaux. Et là, tous les collègues qui travaillent avec des élèves à distance aimeraient pouvoir avoir des outils performants, corrects, correctement dimensionnés à la rentrée pour reprendre vraiment le travail. Ce que nous aimerions c'est qu'on puisse se projeter sur la semaine de rentrée de façon à pouvoir assurer une véritable semaine de cours parce que là, ce n'était vraiment pas ça.

D'après vous, personne n'a pu vraiment étudier et travailler sérieusement cette semaine ?

Non, parce que si on a une perturbation de 10 h à 11 h, les élèves qui se sont connectés se découragent, les professeurs sont complètement perturbés dans leur programme de travail, ce n'est pas possible. Cette semaine, on a essayé avec les CPE notamment, avec les professeurs, de garder le lien tout simplement avec les élèves un peu par téléphone, un peu par mail, etc.

"Personne n'a pu faire cours de manière satisfaisante sur les quatre jours qui viennent de se dérouler."

Florence Delannoy, secrétaire générale adjointe du syndicat national des personnels de direction de l'Éducation nationale

à franceinfo

Donc on aimerait pouvoir être dans de bonnes dispositions pour la rentrée. D'autant plus qu'on se pose la question : est-ce qu'on reprendra vraiment les cours après une semaine d'enseignement à distance ? Ce n'est pas certain, on aimerait réellement, cette fois-ci, être prêts.

Les collégiens et lycéens doivent avoir une nouvelle semaine de cours à distance après les vacances. Comment on la prépare ?

Vraiment il faut agir maintenant. Nous avons tous envie que les élèves soient à l'école, c'est l'endroit où ils sont le mieux pour apprendre, mais ça n'empêche pas d'essayer d'anticiper un éventuel problème. Il nous faudrait des tuyaux correctement dimensionnés, alors ça a un coût, on le sait. Les collectivités et l'État ont quinze jours pour se mettre en ordre de bataille.


Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.