Cet article date de plus d'un an.

Dédoublement des classes : en Seine-Saint-Denis, le calendrier ne sera pas complètement respecté pour la prochaine rentrée

Le dispositif des classes à douze élèves doit s'étendre aux CE1 de l'éducation prioritaire en septembre 2019, mais en Seine-Saint-Denis, certaines écoles devront attendre un an de plus.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des élèves de CP en classe dédoublée à Uckange en Moselle, le 3 septembre 2018 (illustration). (JULIO PELAEZ / MAXPPP)

Le calendrier du dédoublement des classes promis par le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, ne sera pas complètement respecté en Seine-Saint-Denis, à la rentrée prochaine. Faute de moyens, selon le Snuipp-FSU, premier syndicat dans le primaire. Faute de place, d'après le rectorat.

>> Un premier bilan du dédoublement : positif dans les classes concernées, mais les autres souffrent

Dans un premier temps, les CP et les seuls CE1 des zones les plus défavorisées, en REP+, ont été concernés par des classes à douze élèves. Une extension de la mesure est prévue en septembre aux CE1 de tout le réseau d'éducation prioritaire (REP), ce qui intéresse 300 000 élèves au total. Mais à ce stade, il est prévu que seul un tiers de ces classes de CE1 soit physiquement dédoublé en Seine-Saint-Denis. Pour Rachel Schneider, secrétaire départemental du Snuipp-FSU, c'est un problème de moyens.

À la prochaine rentrée, on aura 282 postes supplémentaires. Pour le dédoublement en CE1, il en faudrait au minimum 320.

Rachel Schneider, secrétaire du Snuipp-FSU en Seine-Saint-Denis

à franceinfo

La comptabilité ne s'arrête pas là. "En plus, dans les 282 postes, nous sommes censés ouvrir toutes les classes en maternelle, en école hors éducation prioritaire, créer les postes de remplaçants, etc., ajoute-t-elle. Pour une mesure phare, le gouvernement ne crée pas les postes qu’il faudrait."

Mais le rectorat n'a pas la même lecture, affirmant que ce ne sont pas les moyens qui manquent, mais bien l'espace. Pas assez de locaux, pas assez de salles disponibles dans les écoles de Seine-Saint-Denis pour dédoubler partout. En attendant, des solutions intermédiaires sont envisagées, comme des moments de co-intervention par exemple. Cela signifie deux enseignants dans la même classe,  là où les équipes le souhaitent. Les services du recteur promettent 100% de classes dédoublées à la rentrée 2020... avec un décalage d'un an.

En Seine-Saint-Denis, le calendrier du dédoublement des classes ne sera pas respecté : un reportage d'Alexis Morel
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.