Covid-19 et allègement du protocole sanitaire à l'école : voici les options envisagées par Jean-Michel Blanquer pour le retour des vacances

La règle des trois autotests pour les enfants cas contact, le port du masque, le brassage des élèves... franceinfo vous détaille les options envisagées par Jean-Michel Blanquer alors qu'il reçoit les syndicats ce mardi matin.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une classe de CP dans une école primaire à Amiens (Somme), en août 2021. (DIMITRI MORGADO / FRANCE-INFO)

Après l'allègement des restrictions dans les bars, restaurants ou cinémas, les établissements scolaires vont-ils eux aussi bénéficier d'un assouplissement des mesures anti Covid-19 ? Les syndicats d'enseignants sont reçus au ministère de l'Education nationale mardi 8 février pour en parler. Le gouvernement s'est engagé à lever en partie les contraintes qui pèsent sur les familles et les personnels éducatifs à la rentrée des vacances d'hiver. Quelles sont les pistes ?

Abandonner le masque, un horizon "désirable"

Première possibilité : modifier la règle pour les élèves cas contact. Actuellement, il faut réaliser jusqu'à trois autotests en cinq jours, si un élève de la même classe que votre enfant a été déclaré positif. C'est très lourd à gérer pour les enseignants, comme pour les parents. Beaucoup de familles d'ailleurs avouent ne pas respecter cette réglementation.

Autre piste principale : la contrainte du port du masque, obligatoire en classe et dans la cour dès le CP, pourrait également être assouplie. Jean-Michel Blanquer a confié la semaine dernière que son abandon était "désirable", mais qu'on en "n'était pas encore là". 

>> Chiffres du Covid-19 : morts, hospitalisations, vaccins... Suivez l’évolution de l'épidémie en France et dans le monde

Enfin, le niveau général du protocole sera également abordé et notamment la question du non brassage des enfants. Quand un enseignant est absent, ces élèves pourront-ils de nouveau être accueillis dans les autres classes et non plus renvoyés chez eux ? Là encore, c'est un sujet de stress pour de nombreux parents.

Les syndicats veulent des arguments scientifiques

Ces futurs allègements sont-ils très attendus par les enseignants ? Les syndicats sont surtout très prudents. Ils rappellent que le virus circule encore beaucoup dans les écoles. La courbe du nombre de contaminations a tout juste amorcé une baisse ces derniers jours, après avoir battu des records semaine après semaine, depuis début janvier. Les représentants syndicaux réclament aussi de la stabilité : ne reproduisons pas les mêmes erreurs que cet automne, où les règles sur le masque, par exemple, avaient changé plusieurs fois en quelques semaines, plaident-ils.

Les syndicats attendent également des précisions scientifiques. A savoir par exemple, quels sont les seuils épidémiologiques justifiant une évolution du protocole ? Quels sont les risques, aussi, par exemple d'enlever le masque si l'aération de la classe est mauvaise ? Les autorités de santé sont aussi conviées à la réunion avec le ministère de la Santé et devraient donc s'exprimer. Le professeur Chauvin, président du Haut conseil de la Santé publique prendra lui aussi part aux discussions.

Cette réunion globale est une nouveauté depuis la grève très suivie par les enseignants, le 13 janvier dernier. Le gouvernement avait aussi reconnu à ce moment-là qu'il fallait donner plus de temps entre la communication annonçant une mesure et son application. Là, Jean-Michel Blanquer a promis des nouvelles d'ici la fin de semaine pour une mise en oeuvre à la rentrée des vacances d'hiver de chaque zone.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.