Ce que prévoit la réforme des collèges

Najat Vallaud-Belkacem présente ce mercredi matin en Conseil des ministres la réforme du collège. Objectif : casser les barrières entre les matières et donner plus de souplesse aux collèges. 4.000 postes devraient être créés.

(Les élèves de collège auront chaque semaine des "enseignements pratiques interdisciplinaires" animés par des profs de plusieurs matières © Maxppp)

La ministre de l'Education veut casser les habitudes, et notamment les barrières entre les disciplines. Désormais, les élèves de collège auront chaque semaine des "enseignements pratiques interdisciplinaires" animés par des professeurs de plusieurs matières, dès la classe de 5ème.

Ceux-ci travailleront ensemble dans huit domaines aussi variés que le développement durable, les sciences, le monde économique ou la citoyenneté. Il ne s'agit pas d'un "supplément d'âme" pour Najat Vallaud-Belkacem, qui précise que ces projets thématiques "seront évalués"

Des emplois du temps plus souples

Les emplois du temps devrait donc changer et auront vocation à devenir plus souples : les élèves auront une vingtaine d'heures de cours classiques avec des nouveaux programmes, ainsi que 3 à 4 heures interdisciplinaires par semaine au choix des établissements. A noter également, des heures de suivi pour tous les élèves de collège,  alors qu’aujourd'hui cet accompagnement est réservé aux élèves de 6èmes. 

Fin des classes européennes

Enfin, la deuxième langue vivante sera enseignée dès la classe de 5ème. En revanche, les classes européennes sont amenées à disparaître comme certaines classes bilangues, qui n’ont, pour le ministère, "plus de raison d'être".

 Le gouvernement veut casser les barrières entre les matières et donner plus de souplesse aux collèges. Certains le font déjà, par exemple au collège Jean Campin de La-Ferté-Gaucher en Seine-et-Marne, près de Paris :

"Avoir deux profs, c’est vraiment mieux !" - Reportage au collège Jean Campin de la Ferté Gaucher en Seine-et-Marne
--'--
--'--