Atteintes à la laïcité à l'école : 353 signalements en novembre, deux fois moins qu'en octobre, annonce Pap Ndiaye

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

C'est une baisse par rapport au mois d'octobre", marqué par 720 signalements, a annoncé Pap Ndiaye, ministre de l'Education nationale, ce vendredi sur franceinfo. Cela concerne surtout " des vêtements, des tenues ou bien des signes religieux ou à intention religieuse".

Au mois de novembre, 353 signalements d’atteinte au principe de laïcité ont été recensés dans le second degré, annonce le ministre de l'Education nationale, Pap Ndiaye, vendredi 9 décembre sur franceinfo. C'est deux fois moins qu'en octobre, où 720 signalements de ce genre ont été signalés dans les 59 260 écoles, collèges et lycées du pays.

>>>Education : "Nous allons réviser la carte de l'enseignement prioritaire en 2023", annonce Pap Ndiaye

"Le gros des signalements" concerne " des vêtements, des tenues ou bien des signes religieux ou à intention religieuse", précise le ministre. Cela concerne en effet 39 % des signalements, selon le ministère de l'Education nationale. Viennent ensuite les suspicions de prosélytisme (12%), les provocations verbales (12%), les contestations d’enseignements (10%), les refus d’activités scolaires (8%), les revendications communautaires (8%), les autres atteintes (7%) et les refus des valeurs républicaines (4%).

Quand il y a atteinte au principe de laïcité, "on échange avec les élèves, on échange avec les familles en leur demandant évidemment de retirer le signe ou le vêtement en question", explique Pap Ndiaye, et "dans l'immense majorité des cas, on résout les problèmes".

"Aller jusqu'à la sanction ça se fait rarement, mais il faut pouvoir bien entendu aller jusqu'à la sanction parce que la loi doit être appliquée"

Pap Ndiyae

à franceinfo

Le ministre de l'Education nationale fait ici référence à la loi du 15 mars 2004 selon laquelle "dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit".

Pap Ndiyae se dit par ailleurs "opposé à une loi qui viendrait plaquer et imposer des tenues scolaires pour l'ensemble des élèves". Le Rassemblement national a prévu de défendre en janvier une proposition de loi en ce sens, à l'Assemblée nationale. "Je pense qu'il serait bien naïf de penser qu'un uniforme viendrait régler les questions de laïcité", défend le ministre puisque, selon lui, "les tenues n'empêchent pas les accessoires".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.