Assouplissement des rythmes scolaires : la FCPE pas convaincue

Le ministre de l'Education nationale, Benoit Hamon, a annoncé des pistes de réflexion en vue d'un assouplissement de la réforme des rythmes scolaires ce vendredi matin. S'il veut maintenir la semaine de cinq jours, il souhaite davantage de souplesse pour les après-midi. Il veut également alléger la semaine scolaire d'une heure, en se rattrapant sur les congés.

(Maxppp)

Manuel Valls l'avait en partie annoncé lors de son discours de politique générale devant les députés, son ministre de l'Education nationale, Benoit Hamon l'a confirmé ce vendredi matin sur RTL. La réforme des rythmes scolaires sera assouplie à la rentrée prochaine. Le ministre propose deux axes d'assouplissement.

D'abord, tout en conservant les "cinq matinées de classe pour tous les écoliers ", Benoit Hamon souhaite "davantage de souplesse pour les après-midi ". Il veut mettre en place "la possibilité pour les maires de concentrer les activités périscolaires, non pas sur toutes les journées, mais sur une seule demi-journée ".

Ainsi, il y aurait cours cinq matinées dans la semaine, ainsi que trois après-midi. La quatrième après-midi serait réservée aux activités périscolaires.

Deuxième axe de réflexion pour le ministre de l'Education nationale, "la possibilité d'alléger encore la semaine, avec une semaine à 23h (au lieu de 24 actuellement, ndlr), et de rattraper les 36 heures ainsi dégagées sous la forme d'un allongement du temps de travail, au détriment des vacances scolaires ".

A LIRE AUSSI ►►► Rythmes scolaires : les opposants mobilisent à nouveau

Benoit Hamon a toutefois soumis ces deux assouplissements à discussions. "Tout ceci [se fera] sous réserve d'un accord entre la commune, la communauté enseignante et bien entendu le rectorat. "

"L'école française dégringole dans tous les classements
depuis plusieurs années, notamment en raison d'une organisation
des rythmes scolaires qui était défavorable aux apprentissages
",
a-t-il ajouté.

A la FCPE, le président Paul Raoult, le président n'est pas complètement satisfait des assouplissements. 

 

La réforme des rythmes scolaires est entrée en vigueur à la
rentrée 2013 dans 4.000 communes environ, concernant près du
quart des élèves des écoles primaires publiques.
La réforme, qui doit être généralisée à la rentrée 2014, a
rétabli neuf demi-journées d'enseignement par semaine, dont le
mercredi matin, avec la mise en place d'activités périscolaires
sur le temps libéré les après-midi.