Les bloqueurs d'universités deviennent "de plus en plus minoritaires", affirme la FAGE

Selon le président du premier syndicat étudiant, le mouvement de contestation est "plutôt" en train de "s'essouffler". Jimmy Losfeld dénonce, vendredi sur franceinfo, l'action d'une "minorité radicale".

Le blocage de l\'université de Nanterre (Hauts-de-Seine) est toujours en cours.
Le blocage de l'université de Nanterre (Hauts-de-Seine) est toujours en cours. (MAXPPP)

Le blocage de la faculté de Nanterre a été reconduit jusqu'à lundi 7 mai. C'est l'une des dizaines d'universités dont l'accès est encore impossible. Plusieurs autres sites ont été évacués après l'intervention des forces de l'ordre. Pour Jimmy Losfeld, président de la FAGE (Fédération des associations générales étudiantes), le mouvement de contestation est "plutôt" en train de "s'essouffler". Les bloqueurs deviennent "de plus en plus minoritaires", a-t-il ajouté vendredi sur franceinfo.

Mais Jimmy Losfeld déplore que les bloqueurs continuent de "bloquer et d'empêcher les jeunes de passer leurs examens. Notre parole est instrumentalisée par une minorité radicale". La réforme de l'accès à l'université "vient apporter des réponses", juge le président du premier syndicat étudiant. "Certains dénoncent une sélection, mais par manque de place, une sélection existe déjà depuis au moins six ans", constate-t-il.

Pas favorable à l'évacuation par les forces de l'ordre

Opposé aux blocages d'universités, Jimmy Losfeld ne préconise pourtant pas le recours à la force pour rendre à nouveau accessibles les facs. 

L'intervention policière envoie un mauvais signalJimmy Losfeldfranceinfo

"C'est par le respect de l'Etat de droit et par le dialogue qu'il faut arriver à trouver une solution. C'est facile à dire, plus compliqué à mettre en place", poursuit le président de la FAGE. Il demande aux universités et au ministère de l'Enseignement supérieur de prendre leurs responsabilités pour assurer le bon déroulement des examens, quitte à utiliser les locaux de collectivités ou dématérialiser les examens sur internet.