À Montpellier, des mères de famille réclament plus de mixité au collège

Les mères de famille du quartier du Petit Bard se sont mobilisées pour que leurs enfants puissent choisir le collège où ils entreront en sixième.

France 2

Le constat est sévère. Le dernier rapport sur la mixité sociale à l'école pointe du doigt la forte ségrégation sociale entre établissements. C'est d'ailleurs l'un des combats des mères de famille du Petit Bard, à Montpellier. Elle s'opposent à la décision de la direction départementale de l'Éducation nationale, prise en novembre, de redessiner la carte scolaire, qui va contraindre leurs enfants à être tous scolarisés au collège Las Cazes. Or cet établissement voisin est fréquenté à plus de 90% par des enfants d'origine marocaine. "Ils sont tout le temps ensemble, à l'école ensemble, dans les habitations ensemble", déplore une maman d'élève, Safia Habsaoui.

Sortir des ghettos pour se sentir français

"On a peur que plus tard, en grandissant, il y ait un manque de suivi scolaire", ajoute-t-elle au micro de France 2. "Il y a des enfants qui ne savent pas parler le français. Comment voulez-vous qu'ils apprennent à parler le français quand ils se retrouvent avec la même communauté ?" se demande Fatima El Boughlamy.

La principale du collège, Anne Mayard, estime la demande de ces mères de famille légitime, mais tente de relativiser : "Associer absence de mixité et échec d'un établissement scolaire, c'est un raccourci qui n'est pas valable pour le collège Las Cazes." D'ailleurs, le taux de réussite au brevet de ce collège est supérieur à celui de l'académie, 88%.
Les mères du Petit Bard ont finalement gagné leur combat. La carte scolaire sera réexaminée et leurs enfants auront désormais le choix entre deux collèges.

Le JT
Les autres sujets du JT
capture d\'écran - Cour de morale dans une classe de l\'Ecole de la Fermette à Wezembeek Oppem (Belgique)
capture d'écran - Cour de morale dans une classe de l'Ecole de la Fermette à Wezembeek Oppem (Belgique) ( FRANCE 3 / FRANCETV INFO)