VIDEO. Seins nus, slogans incisifs, actions coups de poing... Les Femen, dix ans d'activisme choc

Le 19 avril, ce mouvement activiste féministe venu d'Ukraine en 2008 fête son anniversaire à la Bellevilloise, à Paris. L'occasion de revenir sur les actions de ces militantes qui n'hésitent pas à se mettre à nu. 

Le mouvement Femen a vu le jour à Kiev (Ukraine) en 2008. Mais c'est en 2012 qu'il revêt une dimension internationale. Avec l'arrivée en France d'Inna Shevchenko, la leader actuelle du collectif Femen, le mouvement devient rapidement très actif et attire l'attention des médias. Leur arme : leur corps nu utilisé comme un outil d'expression politique et comme un symbole de l'oppression des femmes. En dix ans, ces jeunes femmes ont  fait irruption dans de nombreuses manifestations et autres événements qu'elles comptaient saboter au nom de leur combat. 

Depuis le début du mouvement, ces activistes dénoncent l'oppression des femmes. Qu'elle soit politique, religieuse ou sexiste. Leurs cibles : le patriarcat, la religion, les dictatures, mais aussi les extrémismes religieux et politiques. Les Femen choquent, provoquent et interpellent.

Notre-Dame de Paris, l'action polémique

En mars 2018, une Femen surgit ainsi dans un bureau de vote où Silvio Berlusconi s'apprêtait à déposer son bulletin lors des législatives italiennes. Debout sur une table, les bras levés, elle expose son torse où est écrit en lettres noires :  "Berlusconi, sei scaduto"  ("Berlusconi, tu es périmé"). Puis elle s'est mise à scander : "Sei scaduto ! Time's up ! "("Ton temps est venu !)".

Mais parfois, l'intervention provoque le rejet. Le 11 février 2013, le pape Benoît XVI annonce sa renonciation. Le lendemain, huit Femen investissent Notre-Dame de Paris, torses peints de messages hostiles au pape. Au centre de l'édifice sont exposées les nouvelles cloches de la cathédrale. Les militantes surgissent et se mettent à sonner les cloches en criant "Pope no more !" ("Le pape plus jamais !") avant d’être évacuées par les forces de l’ordre. Cette action, condamnée par la classe politique, aboutit au premier procès français contre les Femen.

Une légitimité remise en cause aujourd'hui ?

Dans une époque où le féminisme est devenu planétaire, où des mouvements tels que #MeToo fédèrent mondialement toutes les femmes victimes, la question du rôle de ce militantisme activiste se pose. Pour Inna Schevchenko, contactée par franceinfo, Femen est une des composantes du mouvement féministe global et garde toute sa légitimité dans "la révolution des femmes". La leader du mouvement justifie son action :  "L'avenir de Femen est de continuer à parler des questions dont personne ne parle, de continuer à mettre en évidence certains tabous et sujets impopulaires".

Des Femen mènent une action coup de poing à Paris, le 4 avril 2013.
Des Femen mènent une action coup de poing à Paris, le 4 avril 2013. (MIGUEL MEDINA / AFP)