VIDEO. #MonCorpsSurYouTube : la cofondatrice des Internettes s’insurge contre la démonétisation des vidéos

À l'initiative des Internettes, le mouvement #MonCorpsSurYoutube a éclos sur les réseaux sociaux. L'association qui valorise les créatrices s'offusque de voir des vidéos démonétisées au prétexte qu'elles parlent du corps féminin.

Voir la vidéo
BRUT

"On a voulu montrer que les meufs parlaient d’autres choses que de mode et de beauté, que d’autres sujets les intéressaient et qu’elles étaient super pertinentes et légitimes à en parler", explique Marie Camier Théron. Elle a cofondé Les Internettes, en 2016, une association qui met en avant des créatrices sur le web.

Aujourd’hui, elle dénonce avec le hashtag #MonCorpsSurYoutuTe la démonétisation des vidéos de femmes qui parlent de leur corps et de sexualité. Une vidéo qui est démonétisée cela veut dire qu’elle n’est pas "dans les tendance de YouTube (…) que la créatrice ne gagne absolument rien", explique Marie Camier Théron.

Des sujets de société jugés tabous

"Ça vient éduquer des millions de personnes et ça vient les décomplexer sur des sujets dont on ne parle pas autour de la table en famille, en général", explique la cofondatrice des Internettes.

Selon Marie Camier Théron, les vidéos sont démonétisées car elles traitent de sujets que "la société juge encore tabous et notamment que les publicitaires et YouTube jugent tabous". 

"Ce n’est pax aux annonceurs et à Youtube de décider quels sont les sujets de société qui sont tabous, alors que ce sont des sujets qui viennent faire l’éducation de millions de jeunes femmes ou de jeune hommes", estime la jeune femme. Marie Camier Théron espère plus de transparence sur les raisons pour lesquelles des vidéos vont arriver dans les tendances de YouTube. "On espère un changement de mentalité sur le rapport au corps et sur l’éducation sexuelle de tous et toutes", conclut-elle.

VIDEO. #MonCorpsSurYouTube : la cofondatrice des Internettes s’insurge contre la démonétisation des vidéos
VIDEO. #MonCorpsSurYouTube : la cofondatrice des Internettes s’insurge contre la démonétisation des vidéos (BRUT)